Le crowdfunding monte en flèche

Tendance Actu 0

Près de 630 millions d'euros ont été collectés en 2019. Le secteur de l'immobilier a représenté à lui seul 57 % du total des fonds.

Reuters

Avec 629 millions d’euros collectés en 2019, le financement participatif réalise une année record, selon le baromètre du financement participatif, publié conjointement par le cabinet d'audit Mazars et l’association Financement participatif France (FPF). Les fonds collectés sont en hausse de 56 % sur un an.

L'immobilier en tête

En tête des fonds collectés, on retrouve sans surprise l’immobilier (57% avec 328,3 millions d’euros), suivi par l’environnement et les énergies renouvelables (16% avec 92,2 millions d’euros), puis les commerces et services (10% avec 57,6 millions d’euros). Dans la pierre, selon un précédent baromètre publié par site HelloCrowdfunding et la plateforme Fundimmo, ce sont pas moins de 544 projets qui ont été portés auprès de 28 plateformes immatriculées auprès de l’AMF ou de l’ACPR.

Un succès auprès des entreprises

Et les entreprises se montrent de plus en plus friandes de ce type de financement : ces dernières ont porté 64 % des projets l’an passé, soit une hausse de 42% par rapport à l’exercice 2018. Parmi les projets financés pour les entreprises, les porteurs de projets sont essentiellement issus de TPE, PME et ETI (80,5% soit 775 millions d’euros). A noter que les start-up ont timidement investi le marché, ne représentant que 13 % des projets (soit 126 millions d’euros), selon Mazars.

Différents modes de financement

« Depuis cinq ans, le financement participatif a su trouver sa place dans la chaîne de financement des projets. Différents modes de financement sont utilisés : don avec ou sans récompense, prêt rémunéré ou non, émission d’obligations, minibon, investissement en capital ou en royalties », énumère Mazars.

Après le relèvement du plafond de collecte 2,5 millions à 8 millions d’euros, le crowdfunding est devenu éligible au PEA-PME. Récemment, un deuxième coup de pouce a eu lieu dans ce domaine : le plafonnement des frais des titres non-cotés logés dans ce placement, jusqu’alors élevés. Une bonne nouvelle qui verra le jour en juillet prochain.

Commentaires