Le crowdfunding immobilier repart de plus belle !

Tendance Actu 0

Les projets sont à nouveau nombreux et les collectes sont rapides...

Reuters

Peu impacté par la crise sanitaire, le crowdfunding immobilier a rapidement repris son rythme de croisière et les projets sont à nouveau nombreux sur les principales plateformes. Vu la rapidité pour boucler les collectes, on peut dire que les investisseurs répondent présents, que ce soit pour des projets de construction neuve, d’immobilier tertiaire ou d’opérations de marchand de biens. Digitalisé à 100%, le crowdfunding immobilier, bénéficie actuellement de la possibilité d’investir en totale autonomie, sans se soucier de délais ou procédures parfois pénalisantes dans l’univers de l’épargne.

Il n’aura par exemple fallu que quelques jours pour boucler une collecte de 2,3 millions d’euros sur les plateformes Fundimmo et Immocratie qui se sont associées début juin pour lever ce montant élevé destiné à financer une opération de marchand de biens consistant en l’achat revente d’une demeure de prestige dans le département de la Drôme. L’avantage de cette opération était qu’elle bénéficie déjà d’une promesse unilatérale d’achat tout en procurant un rendement élevé de 12%.

Elections municipales

Chez Fundimmo, on revendique d’ailleurs déjà 12 projets financés depuis la réouverture de la plateforme le 14 avril dernier (après une courte pause pendant le confinement), représentant un montant de 12 millions d’euros. Après un premier trimestre record, Fundimmo estime que le marché du crowdfunding immobilier devrait poursuivre sa progression ou a minima se stabiliser malgré la crise du Covid-19. Plusieurs nouvelles collectes sont prévues par Fundimmo pour des projets en attente d’un déblocage administratif d’ici la tenue des élections municipales. Une période qui ralentit traditionnellement les instructions de permis de construire et donc les projets des promoteurs.

Des retards de 4 mois en moyenne

Le Président du Directoire de Fundimmo, Jérémie Benmoussa, rappelle que le retard moyen devrait être d’environ 4 mois pour les projets qui devront être remboursés dans les 12 prochains mois suite aux retards pris sur les chantiers en raison de la crise sanitaire. Des retards qui resteraient donc, en moyenne, dans le délai contractuel maximal de 6 mois durant lesquels les intérêts des épargnants continuent à courir dans les conditions initiales.

« L’immobilier de demain devra prendre encore davantage en compte les aléas extérieurs sur la réalisation des chantiers, cela conduira peut-être à un léger allongement des durées de financement dans les années à venir, mais les taux devraient dans l’immédiat peu évoluer », précise Jérémie Benmoussa. L’an dernier, le crowdfunding immobilier avait servi en moyenne 9,2% avant fiscalité.

Commentaires