Le baromètre des produits d'épargne en juillet 2020

Tendance Actu 0

L'épargne de précaution des Français continue à battre des records malgré des taux de rémunération qui n'ont jamais été aussi bas..

Les Français sont restés nombreux, malgré la fin du confinement et la réouverture de la plupart des commerces, à augmenter leur épargne de précaution. Vacances à proximité, moins de dépenses de loisirs mais aussi prise de conscience de l’inutilité de certaines dépenses superflues expliquent cette tendance, renforcée bien sûr par les craintes de dégradation de la situation de l’emploi. La dernière étude de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) évalue même à 55 milliards d’euros l’épargne accumulée pendant les huit semaines de confinement à laquelle il faut ajouter 20 milliards pendant les deux phases de déconfinement (du 11 mai au 5 juillet), soit au total 75 milliards en l’espace de moins de 4 mois. Ces estimations résultent du constat que la diminution de la consommation excède toujours les pertes de revenus des ménages.

Sécurité et liquidité

Cette épargne forcée continue à se déverser sur les comptes bancaires ou les livrets. Les avoirs du Livret A et du LDDS ont ainsi encore gonflé de plus de 5 milliards au mois de mai pour représenter un encours total de 433 milliards. Plus de 22 milliards ont été collectés globalement depuis le début de l’année sur ces deux livrets.

Assurance vie

Avec une décollecte mensuelle d’environ 2 milliards d’euros sur la période mars-avril-mai, l’assurance vie ne profite toujours pas de l’augmentation du taux d’épargne provoquée par la crise sanitaire. Les ménages en capacité d’épargner préfèrent en effet actuellement des placements plus liquides, et la volatilité des marchés boursiers n’incite guère à se positionner sur les unités de compte pour le commun des assurés. Enfin, certains ménages avec des besoins de liquidités ont eu besoin de puiser dans leur contrat. L’encours des contrats d’assurance-vie s’élevait encore à 1.754 milliards d’euros à fin mai 2020.

Livrets bancaires

Du côté des livrets bancaires, les taux de rémunération se stabilisent à très bas niveau. Selon notre dernière analyse de 11 produits-phares du secteur, le rendement de base moyen de ces livrets fiscalisés reste à 0,22% en juillet. Seules les filiales bancaires des constructeurs automobiles PSA Banque et Renault proposent encore des offres compétitives : 0,8% pour Distingo et Zesto. Mais déduction faite du prélèvement forfaitaire unique de 30%, cela ne laisse espérer aux épargnants que 0,56%, quasiment pareil que le Livret A… PSA Banque a cependant repris une offre de bienvenue avec un taux promotionnel de 3% pendant 2 mois (pour toute nouvelle ouverture de livret Distingo jusqu'au 31 juillet).

Ne pas négliger le LEP

Si vous avez des revenus modestes, il ne faut pas négliger le Livret d’épargne populaire (LEP) qui offre un rendement de 1%, deux fois supérieur à celui du Livret A (0,5%). Non fiscalisé et offrant la même liquidité que le Livret A, le LEP est soumis à des plafonds de ressources (19.977 € pour un célibataire et 30.645 € pour un couple) mais ses formalités d’ouverture et de contrôle vont bientôt être grandement simplifiées.

Baromètre des produits d'épargne en juillet 2020
* Estimation moyenne du marché pour 2020
Type de produitTaux
Livret A0,50%
Livret de développement durable et solidaire0,50%
Livret d’épargne populaire1,00%
Livrets bancaires (taux de base moyen)0,22%
Plan d'épargne logement1,00%
Assurance-vie en euros *1,10%-1,20%
Commentaires (3)