L’activité des particuliers en bourse est restée soutenue au 3e trimestre

Tendance Actu 0

Le nombre de personnes ayant réalisé au moins un ordre sur des actions entre juillet et la fin septembre est moins élevé qu’au 2e trimestre mais reste dans la moyenne haute de l’activité observée sur le marché depuis le début de la crise sanitaire.

Autorité des marchés financiers

L’activité des Français sur les marchés boursiers est restée dynamique au 3e trimestre, selon les chiffres de l’Autorité des marchés financiers publiés mercredi 13 octobre : sur cette période, 782.000 personnes ont réalisé au moins un ordre d’achat ou de vente sur des actions. Parmi elles, 40.000 sont de nouveaux venus.

S’ils ont été moins nombreux qu’au trimestre précédent, où ce chiffre avait bondi à 934.000 (dont 55.000 nouveaux) en raison du retrait de la cote de Natixis, les particuliers ont afflué plus fortement qu’au 1er trimestre et qu’à la même période en 2020.

Bonne tenue des opérations sur les obligations et les ETF...

Durant cet été marqué par des perspectives de normalisation des politiques monétaires et l'inflation du prix des matières premières – catalyseurs d’une remontée des taux d’intérêt – les transactions réalisées sur les obligations (22.000) ont été un peu plus élevées qu’aux deux précédents trimestres.

« Le contexte macroéconomique, les discours de Christine Lagarde et de Jerome Powell confirmant un virage prudent de leur politique monétaire ainsi que l'environnement d'inflation mondiale ont probablement mené à un certain nombre d'arbitrages sur les obligations de la part des investisseurs », décrypte pour sa part Alexandre Baradez, Chief Market Analyst chez IG France.

Le solde entre les acheteurs et les vendeurs s’est en revanche un peu contracté : si l’on met de côté le 2e trimestre, marqué par un afflux de vendeurs de titres Natixis, le nombre de vendeurs (40.000) a décroché par rapport au T1 (70.000) et au dernier trimestre 2020 (59.000), et il a même un peu baissé par rapport à l’été 2020.

... et du volume des transactions

Enfin, le volume de transactions s’est maintenu à un niveau élevé (11,4 millions de transactions réalisées en France sur des actions), et légèrement supérieur à celui constaté le même trimestre en 2020, traditionnellement le plus calme de l’année.

« En parallèle, l’activité des particuliers sur les produits dérivés chez les brokers (non comptabilisés ici, puisque les chiffres de l'AMF ne concernent que la détention de titres en direct, NDLR) n'a pas été particulièrement spectaculaire ce trimestre », note un autre courtier de la place parisienne.

« Les chiffres de l’AMF confirment finalement qu’une bonne base solide de nouveaux investisseurs semble désormais acquise à la bourse, et il serait étonnant d'observer à l'avenir un retournement de tendance. Ces nouveaux profils ne sont pas forcément des spéculateurs quotidiens, mais aussi des épargnants qui cherchent à diversifier leurs placements de long terme et trouver un peu de rendement », considère ce spécialiste.

Commentaires (1)
  • Utilisateur30802
    Utilisateur30802posté le 14.10.2021 à 10:10

    "Acheter au son du canon et vendre au son du violon"
    Vieux dicton boursier.
    Autrement dit les pigeons sont dans la cage, l’abattage peut commencer.