La liste noire des acteurs du forex s'est fortement allongée en 2021

Tendance Actu 0

L'Autorité des marchés financiers (AMF) et l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) ont ajouté 61 noms sur la liste des sites non autorisés à proposer des investissements sur le forex en 2021. C'est plus du double de l'an dernier.

Reuters

Les escroqueries financières sont comme la mode. Leurs collections évoluent d'une saison à l'autre, au gré des tendances. Après le "succès" des cheptels bovins et des diamants, ce sont les chambres d'Ehpad, les places de parkings et les livrets d'épargne rémunérés qui ont aujourd'hui le vent en poupe sur le grand marché des arnaques aux placements.

Et comme dans la mode, à côté de ces vogues passagères, subsistent aussi des thématiques plus intemporelles. C'est le cas, visiblement, de celle du forex, le marché des changes, qui a continué de faire des émules cette année.

La franche percée des cryptomonnaies auprès du grand public depuis le début de la crise aurait pu les ringardiser. Il semblerait que non : en 2021, l'Autorité des marchés financiers (AMF) et l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) ont encore étoffé leur liste noire consacrée aux sites non autorisés dans le domaine.

61 noms y ont été ajoutés cette année, font savoir les deux autorités, soit plus du double de l'an dernier, où la liste avait été allongée de 30 nouveaux sites. Le nombre de sites ajoutés dans la catégorie des produits dérivés sur crypto-actifs est pour sa part resté stable en 2021, à 24 contre 25 en 2020.

Listes noires, listes blanches

Les tentatives d'arnaques financières sont particulièrement florissantes sur Internet et en particulier sur les réseaux sociaux. Couvrant un spectre de thématiques de plus en plus large, les méthodes de "fishing" se sont sophistiquées, les pièges sont devenus de moins en moins aisés à repérer : les autorités et le parquet multiplient les campagnes d'alerte et de communication pour protéger les épargnants.

Cinq listes noires (forex, options binaires, cryptos, crédits/livrets/paiement/assurance, biens divers) permettent d'opérer un premier filtre dans la sélection d'un intermédiaire financier. Mais attention : l'ACPR et l'AMF rappellent que ces listes ne sont pas exhaustives, même si elles sont régulièrement mises à jour.

Les épargnants peuvent consulter en parallèle les listes blanches des acteurs autorisés à commercialiser ces différents produits. Au-delà de ces listes, la vigilance doit demeurer. Les escrocs usurpent dans près de la moitié des cas l'identité de "vrais intermédiaires", et de façon très appliquée. Dans certains cas, ces faux sites vont jusqu'à reproduire les numéros d'agrément des sociétés.

Commentaires (2)
  • Sebino
    Sebinoposté le 10.01.2022 à 06:15

    Merci, effectivement très utile de rappeler en permanence d être prudent et de vérifier les agreements avant d investir.

  • tmhtmhtmh
    tmhtmhtmhposté le 29.12.2021 à 11:54

    Merci +++ pour ce genre d'articles. C'est le genre d'article à passer en boucle.
    Même en étant avisé, on peut se faire avoir.