La création du PEA-PME plébiscitée par les investisseurs

Tendance Actu 0

Une étude croisée Infopro-Opinionway montre que plus de la moitié des Français juge ce dispositif utile. La proportion monte même à 68% chez les investisseurs dits « actifs »

Reuters

De la manifestation d’intention au passage à l’acte, il y a souvent un pas à franchir. Néanmoins les premiers résultats de l’enquête croisée menée par Opinionway et Infopro en vue du salon Actionaria (22 et 23 novembre) constituent un signe encourageant pour le futur PEA-PME.

Un sondage réalisé auprès d’un échantillon représentatif des Français indique que 52% d’entre eux jugent utile voire très utile ce nouveau dispositif calqué sur le modèle du PEA et qui réservera une enveloppe d’investissement aux PME. Une enquête parallèle réalisée auprès de personnes inscrites au salon Actionaria montre même que la proportion grimpe à 68% chez ces investisseurs qualifiés d’actifs.

Les banques conditionneront le succès du PEA-PME

Faut-il pour autant en conclure que ce support est déjà promis au succès ? « Cela dépendra des banques et notamment de la façon dont elles distribueront le produit », remarquent de concert Blandine Fischer, directeur du pôle assurance-finance d’Infopro Digital et Charles-Henry D’Auvigny, directeur général adjoint d’Opinionway.

Ce taux d’adhésion élevé est en tout cas d’autant plus intéressant qu’il est accompagné d’une forte prise de conscience des investisseurs sur leur rôle dans l’économie. Certes, 78% des Français jugent qu’investir en actions est un acte risqué. Ceci étant, ils sont tout de même 59% à reconnaître que leur investissement est une source de capitaux nécessaire aux entreprises. Cette vision d’un apport de carburant utile aux entreprises arrive même en tête des réponses des investisseurs actifs (94% cette année contre 90% en 2011).

Le levier fiscal reste le critère déterminant

Il est également à noter que pour les investisseurs actifs, c’est le levier fiscal qui est cité comme le principal critère incitatif en vue d’un investissement dans les nouveaux produits proposés (36% des cas). Le PEA-PME semble en tout cas séduire plus de particuliers que le futur contrat d’assurance-vie « euro-croissance » (suggéré par le rapport Berger-Lefebvre), qui ne recueille les suffrages que d’un investisseur actif sur deux. Il est vrai que ce dispositif n’étant pas encore officiellement calé, il a fait l’objet d’une moindre communication.

Commentaires (2)
  • marconline
    marconlineposté le 22.10.2013 à 17:34

    En 1992 P. Bérégovoy créait le PEA, rare politique honnête, intègre et ayant des valeurs (qui a probablement causé son élimination !) .
    Sur ce produit d'épargne, on nous a depuis pigeonné: suppression de l'avoir fiscal, prélèvement sociaux galopants et maintenant le summum, la rétroactivité de la fiscalité ! Cette mafia politique qui nous gouvernent depuis des décennies proposent aujourd'hui le PEA-PME ... pour se faire à nouveau pigeonner ? Puisqu'il n'y a plus de déontologie, d'éthique ni de respect de l'épargnant, boycottons massivement le PEA-PME de façon à exprimer notre ras le bol !

  • domdupuy
    domdupuyposté le 22.10.2013 à 13:15

    L'état ne respectant pas sa parole et ses contrats (voir lep,pea,ect...) le pea entreprises qui sera soumis dans quelques années aux impôts heu pardon aux prélèvements sociaux rétroactifs,NON MERCI,sans façon.