La connaissance et l'intérêt des Français pour l'épargne responsable progressent doucement

Tendance Actu 0

Une enquête du Forum pour l’investissement responsable montre que le niveau de connaissance des ménages relatif aux produits ESG s'améliore. Mais leur notoriété reste insuffisante pour peser dans la lutte contre le changement climatique.

C’est mieux, mais la marge de progression reste très forte : d’après un sondage Ifop/Forum pour l’investissement responsable (FIR), l’écrasante majorité des Français considèrent méconnaître l’investissement socialement responsable (ISR).

Le crowdfunding, deux fois plus connu que l'ISR

Seuls 12% d’entre eux se déclarent à l’aise avec le sujet, un résultat modeste, bien qu’en progression de 3 points par rapport à l’année dernière. Ils sont un peu plus nombreux à connaître la thématique de l’épargne solidaire (17%, +2 points) et près du double à savoir ce qu’est le crowdfunding.

Pour mieux situer le chemin que l’ISR a encore à parcourir auprès du grand public, l’enquête du FIR relève que la majorité des personnes interrogées (63%) n’avaient jamais entendu parler de l’ISR avant ce sondage. Là encore, la tendance est à l’amélioration puisque 38% en avaient déjà eu vent alors qu’elles n’étaient que 32% l’année dernière.

Le conseiller bancaire aux abonnés absents ?

Dans ce contexte, le nombre de personnes ayant déjà investi dans ces produits d’épargne apparaît logiquement minoritaire : seuls 6% ont déjà investi dans un fonds ISR. Moins évident – et plus problématique pour le financement de la transition énergétique – seuls 7% déclarent que leur conseiller ou leur banque leur a déjà proposé d’investir dans ce type de supports.

Une partie des ménages serait pourtant prête à se lancer : environ un quart est intéressé par ce type de placements, un chiffre globalement stable depuis trois ans, et 65% des épargnants considèrent que l’interlocuteur le plus à même de les informer sur l’ISR est leur conseiller bancaire ou financier, les autres sources ressortant loin derrière (proches, pouvoirs publics, presse, ONG ne sont cités que par 7 à 8% du panel).

La pollution, thématique prioritaire

Trois thématiques ISR sont jugées prioritaire : la lutte contre la pollution (76%), la défense des droits humaine (73%), et l’emploi (72%), devant l’égalité femme-homme, le bien-être au travail (70%) et le changement climatique (69%). Les sujets les moins sollicités sont relatifs à la gouvernance : les relations avec les fournisseurs, l’évitement fiscal et la rémunération des dirigeants ne sont cités que dans 48%, 42% et 29% des cas.

Commentaires