La collecte de l’assurance vie est restée élevée en février

Alternatives Actu 0

Les Français ont placé près de 3 milliards d'euros sur leurs contrats d'assurance vie le mois dernier.

Boursier.com

Les Français ont continué d’alimenter leurs contrats d’assurance vie au mois de février à un niveau quasi-équivalent à celui constaté en janvier (2,9 milliards d’euros de collecte nette, vs. 3 milliards), selon les chiffres de France Assureurs, publiés ce jeudi 31 janvier.

L’intérêt des Français pour ces placements, reparti sur les chapeaux de roues en début d’année, s’est dont confirmé, même si les ménages ont moins placé d’argent sur ces supports que sur leurs Livret A, dont la collecte a dépassé les 9 milliards d’euros sur ces huit premières semaines de l’année 2022 – notamment portée par la hausse de son taux d’intérêt à 1%.

En brut, les cotisations ont atteint 13,2 milliards d’euros (+1,3 milliard d’euros par rapport à février 2021), en légère baisse par rapport à janvier (13,8 milliards d’euros).

43% des encours placés en unités de compte

Les unités de compte ont encore tiré leur épingle du jeu : en dépit d’une période marquée par la volatilité des marchés financiers, la part des encours placés en UC a atteint 43%, en hausse de quatre points par rapport à janvier.

Traditionnellement favorable à l’assurance vie (aucune décollecte n’a été enregistrée sur cette période ces dix dernières années, rappelle Le Cercle de l’Epargne), février emboite généralement le pas de la tendance de janvier.

Pour le mois de mars, les projections sont rendues plus délicates. Avec la guerre en Ukraine, qui a affecté le moral des ménages, et la poursuite de la hausse de l’inflation, les Français devraient avoir renforcé leur niveau d’épargne.

Guerre en Ukraine : réflexe attendu de l'épargne de précaution

« Ce comportement habituel en période de crise et qui avait été constaté lors des précédents chocs pétroliers devrait conforter l’épargne de précaution (livrets réglementés) », anticipe Le Cercle de l’Epargne qui s’attend à ce que les placements en assurance vie en soient « marginalement affectés ».

Le contexte pourrait-il toutefois affecter la répartition du portefeuille des épargnants, au détriment des UC, plus rémunératrices, mais aussi bien plus risquées que les fonds en euro ?

Pour le think tank, l’effet de la guerre en Ukraine sur les allocations devrait rester limité : « Même si les cours « actions » sont plus volatils en 2022 qu’en 2021, ils n’ont pas connu de fortes baisses malgré le contexte géopolitique compliqué. L’ajustement est resté mesuré et ne devrait pas avoir, en l’état, trop de conséquences sur la collecte d’unités de compte ».

Commentaires