Investissements : la liste noire de l’AMF relative aux produits atypiques s’étoffe

Alternatives Actu 0

Les arnaques aux placements, qui ont explosé sur Internet avec la crise sanitaire, continuent de proliférer. Les listes noires de l’Autorité des marchés financiers s’allongent.

Reuters

Depuis le début de l’année, l’AMF a étoffé de 21 noms sa nomenclature recensant les sites non autorisés à proposer des investissements dans des "biens divers" (œuvres d’art, vin, forêts, terres agricoles, pierres précieuses, montres de luxes…).

En 2020, 78 adresses de sites avaient été ajoutées à cette blacklist.

L’AMF rappelle que toute offre d’investissement dans des biens divers doit être enregistrée auprès de l’autorité pour être commercialisée. En cas de doute, les épargnants peuvent vérifier l’identité de l’intermédiaire en consultant la liste blanche, consultable sur le site Internet de l’AMF. Laquelle est plutôt sommaire, puisque seules huit sociétés y sont aujourd’hui référencées.

Deux fois plus de sites blacklistés en 2020

L’an passé, « la crise sanitaire et la digitalisation accrue des relations ont créé un terrain favorable au développement des arnaques financières, en particulier sur internet ou par démarchage téléphonique », ont rapporté l’AMF et l’ACPR dans le rapport d’activité de leur pôle commun dédié à l’assurance, à la banque et à l’épargne.

En 2020, le nombre de sites ou d’établissements non autorisés sur les cinq listes noires du pôle (forex, options binaires, cryptos, crédits/livrets/paiement/assurance, biens divers) a doublé par rapport à 2019, passant de 1.200 inscriptions à 2.400. La majorité des inscriptions a concerné celle des crédits, livrets, paiements et assurance.

Commentaires