Groupements Forestiers : un intérêt fiscal toujours renforcé jusqu'à la fin de l'année

Alternatives Actu 0

La réduction d’impôt reste exceptionnellement majorée à 25% pour les investissements dans de nouvelles parts d'ici le 31 décembre 2021.

Reuters

Les Groupements Forestiers, sous forme de parts investies dans des parcelles de forêts françaises exploitées pour le bois, font partie des investissements permettant de bénéficier d’une réduction d’impôt significative. A l’approche de la fin d’année, il s’agit donc d’une piste intéressante pour alléger son impôt prélevé en 2022.

25% de réduction d'impôt

En souscrivant à des parts de Groupements Forestiers via des sociétés de gestion spécialisées, l’investissement ouvre en effet droit à une réduction d’impôt sur le revenu de 18% grâce au dispositif IR-PME. Mais cette année encore, cette réduction d’impôt est exceptionnellement majorée à 25% jusqu'au 31 décembre. Ce taux de 25% devrait d'ailleurs encore être prolongé jusqu'à fin 2022. Il faut cependant souscrire à une émission de nouvelles parts, les parts acquises sur le marché secondaire restant à 18% d’avantage fiscal.

Un investissement de long terme

Pour valider cet avantage fiscal, l’épargnant devra conserver ses parts jusqu'au 31 décembre de la 5ème année suivant la date de sa souscription. Cela ne pose pas vraiment de problème sachant que l’investissement dans les Groupements Forestiers s’envisage de toute façon sur une longue période d’au moins 10 ans. Les Groupements Forestiers peuvent aussi bénéficier d’une fiscalité attrayante en cas de donation et succession avec une réduction de 75% de l'assiette imposable. Un point intéressant lorsqu'on s'engage sur du très long terme...

Plafonds élevés

Les plafonds d’investissement sont actuellement élevés : jusqu’à 50.000 € pour un célibataire et 100.000 € pour un couple, soit des réductions d’impôt pouvant atteindre respectivement 12.500 € et 25.000 €. Ces réductions d'impôt sur le revenu sont soumises au plafonnement global des niches fiscales de 10.000 € par an mais l'excédent est reportable sur les 4 exercices suivants.

Quelle rentabilité ?

Les revenus des GFI sont tirés de la vente de bois et éventuellement de droits de chasse, avec des disparités selon les situations géographiques ou les essences plantées. Les événements climatiques, sécheresse, tempêtes créent cependant un aléa. D’après Jonathan Dhiver, fondateur de la plateforme de distribution de groupements forestiers Meilleur-GF.com, un GFI est avant tout un investissement de capitalisation et il faut avoir une idée « prudente et réaliste » du rendement espéré. « Je considère que le rendement annuel moyen peut être compris entre 0 % et 1% pour la partie dividendes et entre 0 % et 1% pour la revalorisation des parts, soit globalement entre 0% et 2% par an », expliquait dernièrement Jonathan Dhiver.

ISR

En achetant des forêts, vous participez directement au développement de la filière bois française et de l’emploi local. Une filière en plein essor, notamment grâce à l’utilisation croissante du bois dans la construction de logements et de bureaux. Cette démarche est aussi favorable à l’environnement puisque le bois capte du CO2, en particulier lorsque les forêts sont bien entretenues comme c’est le cas avec un groupement forestier. La société qui gère le groupement a en effet pour objet son amélioration et son exploitation (coupes, reboisement, travaux forestiers, sylviculture, peuplements...).

a savoir

Un Groupement Forestier d’Investissement est une société civile qui exploite des forêts françaises. Par l’intermédiaire d’une société de gestion agrée (France Valley, Amundi…), vous pouvez acheter des parts dans un groupement forestier et ainsi devenir associé dans des parcelles de forêts exploitées pour le bois. Votre investissement sera mutualisé, c’est-à-dire qu’il sera réparti dans plusieurs forêts et essences (chêne, hêtre, résineux…). Le ticket d'entrée est très accessible : il est possible de souscrire à certains GFI à partir de 1.000 €.

Commentaires