Fonds en euros dynamiques et immobiliers : un moyen de doper son assurance-vie

Assurance-Vie Actu 0

Ces dernières années, les fonds en euros dynamiques et immobiliers ont fait mieux que les fonds en euros classiques en offrant les mêmes garanties. Mais ils ont aussi des inconvénients.

Reuters

Vous êtes déçu par les performances des fonds en euros mais vous ne souhaitez pas prendre plus de risque ? Les fonds en euros dynamiques et immobiliers sont peut-être faits pour vous.

Principe

Ces produits offrent les mêmes garanties sur le capital que les fonds en euros classiques. La différence réside dans l’allocation d’actifs. Comme le souligne Good Value for Money (GVfM), les fonds dynamiques comptaient 16,5% d’actions et 22% d’immobilier fin 2016 et les fonds immobiliers étaient investis en immobilier à hauteur de 48,4%. A titre de comparaison, les fonds en euros classiques n’avaient que 8,1% d’actions et 5,7% d’immobilier.

Performances

Cette orientation vers des actifs a priori plus rémunérateurs permet aux fonds immobiliers et dynamiques d’afficher des rendements plus séduisants selon les calculs de GVfM.

En 2017, tandis que les fonds en euros ont dû se contenter de 1,6% brut, les fonds dynamiques ont dégagé une performance moyenne de 2,21%. Les fonds immobiliers ont quant à eux affiché un rendement de 2,46%.

La hiérarchie reste la même sur plus longue période. Sur trois ans, les rendements annuels moyens ont atteint 1,89% pour les fonds en euros, 2,3% pour les fonds dynamiques et 2,77% pour les fonds immobiliers. Enfin, sur cinq ans, les chiffres montent d’un cran avec respectivement 2,19%, 2,76% et 3,18%.

Inconvénients

Bien entendu, ces fonds n’ont pas que des avantages. « Les fonds en euros dynamiques ont une volatilité importante », prévient GVfM. Pour preuve, en 2016, leur performance n’a été que de 1,6% alors que les fonds en euros classiques ont affiché un rendement de 1,8%. Les fonds dynamiques ne sont donc pas toujours gagnants par rapport aux fonds en euros.

Ceci est lié à leur spécificité. L’assureur est largement exposé au risque (actions) alors même qu’il fournit une garantie permanente à l’assuré et qu’il peut devoir faire face à des demandes de sortie.

Côté immobilier, les performances sont plus régulières. Mais les opportunités de placement sont limitées, ce qui incite les assureurs à freiner la collecte. Pour rester attractifs, les fonds immobiliers et les fonds dynamiques sont donc condamnés à demeurer des produits de niche.

Commentaires (1)
  • Nikola S.
    Nikola S.posté le 23.04.2018 à 12:33

    comment peut on dégager des rendements aussi ridicules dans un cas comme dans l'autre ??

Epargne
Actu0

De nouvelles pistes pour investir dans l’immobilier sans IFI

Spécialisée dans la transformation d’actifs urbains obsolètes telles que des friches industrielles ou d’anciens immeubles de bureaux, Novaxia propose des fonds destinés à la valorisation d’actifs immobiliers qui ne sont pas imposés à l’IFI.

Lire la suite