Fonds d’actions : le grand écart des frais !

Tendance Actu 0

Une étude de l’AMF montre que les frais des OPCVM actions sont en moyenne voisins de 2%, mais peuvent dans certains cas grimper à plus de 6,5%

Reuters

Les données que vient de publier l’AMF datent certes de 2015. Toutefois, elles ont le mérite de mettre en lumière les frais facturés par les OPCVM. Au total, plus de 8.000 fonds ont été analysés dont la moitié de fonds d’actions.

Ces derniers s’avèrent globalement les plus coûteux avec de surcroît des écarts spectaculaires. Hors ETF, la tarification moyenne est légèrement inférieure à 2%. Mais dans certains cas, les frais grimpent à plus de 6,5%. Entre ces derniers et les fonds avec des frais presque nuls, l’éventail est donc large.

Des cas isolés

L’AMF tempère toutefois l’analyse en rappelant que si un quart des fonds facturent plus de 2,18% de frais, ces fonds ne sont pas les plus représentatifs du marché. Ils ne comptent que pour 10,26% des encours de la catégorie.

Pour l’essentiel, les fonds (en nombre et en encours) demeurent en revanche dans une fourchette resserrée. La moitié des OPCVM se situent en effet entre 1,7% et 2,18% de frais.

L’impact de la taille

Bien entendu, certains services (tel le conseil) peuvent justifier des différences de tarification, tout comme la nature et la complexité de l’univers d’investissement. Mais l’analyse de l’AMF montre aussi et surtout que la taille des fonds a une influence directe sur les frais.

« Les frais des OPCVM diminuent avec la taille des fonds », explique l’AMF en ajoutant que des encours élevés permettent aux sociétés de gestion de faire des économies d’échelle.

Enfin, de manière plus surprenante, il apparaît que la domiciliation des fonds a également son importance. En moyenne, les fonds d’actions français prélèvent 1,8% de frais alors que les fonds de droit étranger se contentent de 1,68%.

Commentaires
Epargne
Actu0

De nouvelles pistes pour investir dans l’immobilier sans IFI

Spécialisée dans la transformation d’actifs urbains obsolètes telles que des friches industrielles ou d’anciens immeubles de bureaux, Novaxia propose des fonds destinés à la valorisation d’actifs immobiliers qui ne sont pas imposés à l’IFI.

Lire la suite