Epargne : les professionnels présentent leur feuille de route lundi

Tendance Actu 0

Lors d’une audition à l’Assemblée nationale, banquiers, assureurs et CGP doivent présenter leurs projets pour orienter une partie de l’épargne des Français vers les entreprises

Reuters

Le « marché » a été présenté dès l’automne. Entre l’arrivée de la flat tax et la suppression de l’ISF, le gouvernement a allégé la fiscalité des détenteurs de patrimoine (notamment les plus aisés). En retour, il espère bien que les capitaux libérés seront investis dans les entreprises.

Pour cela, la pression a été mise sur les professionnels du secteur. Il leur est en effet reproché de céder parfois à la facilité en privilégiant des produits (livrets, assurance-vie en euros…) qui ne financent pas les investissements productifs.

Un grand oral lundi

La députée de la majorité, Amélie de Montchalin, leur a donc demandé de plancher sur la manière de mieux flécher l’épargne des Français, avec une feuille de route et des objectifs.

Le grand oral approche. C’est en effet lundi (le 22 janvier) que banquiers, assureurs, CGP et sociétés de gestion doivent présenter les résultats de leurs travaux, lors d’une audition à l’Assemblée nationale.

5 milliards d’euros au minimum

L’élue espère notamment obtenir des propositions sur la manière de mieux allouer les actifs des épargnants. En assurance-vie, cela pourrait par exemple passer par une incitation accrue à investir en unités de compte plutôt qu’en fonds en euros. Plus généralement, la majorité souhaite que les professionnels s’engagent à accroître leur conseil notamment pour l’épargne longue.

De leur côté, les banques ont déjà demandé la création d’un nouveau produit incitant à la détention à long terme. Sur ce plan, le gouvernement vient de faire un pas en proposant de moduler la garantie de l’assurance-vie en euros en fonction de la durée de détention.

Quelles que soient les pistes suivies, Amélie de Montchalin compte en tout cas réorienter 5 milliards d’euros d’épargne par an vers les PME au minimum, voire dans le meilleur des cas jusqu’à 10 milliards d’euros.

Commentaires