Distribution record de dividendes au 2e trimestre

Alternatives Actu 0

Reprise post-Covid et flambée du pétrole ont permis aux actionnaires mondiaux d'engranger un bon pactole ces derniers mois. Le reste de l'année leur sera certainement moins profitable.

Reuters

La crise, quelle crise ? En dépit d’un contexte international sous haute tension, de la fièvre inflationniste et des premiers signes de ralentissement économique, les porte-monnaies des actionnaires ne se sont jamais autant remplis que que ces derniers mois : les sociétés cotées, en Europe, aux Royaume-Uni et aux USA en particulier, ont distribué des dividendes records au 2e trimestre et renoué avec leur niveau de distribution antérieur à la pandémie de Covid, rapporte ce jeudi 25 août le gérant d’actifs Janus Henderson.

D'après son enquête trimestrielle sur les dividendes mondiaux, 544,8 milliards de dollars ont été versés sur cette période aux actionnaires par quelque 1.200 entreprises, soit une hausse de 11,3% par rapport au 2e trimestre 2021. Hors effets de change et versements exceptionnels, cette progression atteint même 19%. 94% des entreprises ont augmenté ou maintenu le niveau des dividendes versés au 2e trimestre.

Le pétrole, principale source de profit des actionnaires

A la source de cet excellent cru pour les investisseurs mondiaux : les bénéfices exceptionnels réalisés par les géants pétroliers, qui ont contribué à hauteur de 40% à cette croissance, ayant profité de la flambée des cours du brut. L’effet de la reprise post-Covid et des profits réalisés en 2021 a également participé à cette progression.

Les services financiers et les constructeurs automobiles allemands, en particulier, ont été très généreux avec leurs actionnaires, représentant aussi à eux seuls 40% de la hausse.

Levée des restrictions pour les banques européennes

Du côté des établissements bancaires, la levée des restrictions des banques centrales sur la distribution des dividendes en Europe et au Royaume-Uni a beaucoup contribué aux hausses des versements. Mais leurs actionnaires ont aussi profité de la bonne tenue des activités de trading et de la remontée des taux d’intérêt, avec, à la clé, des résultats solides et globalement supérieurs aux attentes des analystes.

Le rebond a été spectaculaire en Europe et au Royaume-Uni, qui ont été les principaux moteurs de la hausse de ces distributions au 2e trimestre, avec une progression de près d’un tiers* par rapport à la même période l’année dernière. Cette croissance tient aussi au fait que beaucoup d’entreprises européennes ne versent leurs dividendes annuels qu’en une seule fois. Pour bon nombre d’entre elles, ce trimestre « a marqué le retour à des dividendes "normaux" pour la première fois depuis 2019 », relève l’étude.

44,3 Md€ distribués en France

En France, un nouveau record en euros même été battu pour un deuxième trimestre, avec 44,3 milliards d’euros versés, même si, avec la forte hausse du dollar en parallèle, cette distribution reste en deçà de son plus haut niveau historique. Au classement général, des sociétés les plus généreuses avec leurs actionnaires ce trimestre, quatre sociétés françaises se hissent dans le top 20 : BNP Paribas (6e), Sanofi (10e), Axa (12e) et LVMH (14e).

De l’autre côté de l’Atlantique, « la croissance des dividendes américains est restée en deçà de celle du reste du monde, à 8,3 %, mais cette progression a tout de même permis d'établir un nouveau record de dividendes aux États-Unis. Les dividendes canadiens ont également atteint un nouveau record historique. »

Des prévisions 2022 en hausse, mais un essoufflement attendu en toile de fonds

La bonne surprise de ce cru trimestriel a mené Janus Henderson à revoir à la hausse ses prévisions de dividendes versés pour 2022, à 1.560 milliards de dollars contre 1.540 milliards de dollars précédemment.

Pour autant, les prévisions pour le reste de l’année restent prudentes, et Janus Henderson s’attend à un essoufflement de cette distribution dès le trimestre prochain, que traduit déjà la correction des indices boursiers : « La plupart des gains « faciles » ont désormais été engrangés, le rattrapage post-Covid-19 étant quasiment terminé. Nous sommes également confrontés à un net ralentissement de l’économie mondiale et sommes convaincus que l’appréciation du dollar américain viendra également fragiliser les perspectives », prévoit Ben Lofthouse, responsable de l’équipe Global Equity Income.

Pour le spécialiste, le ralentissement de la croissance économique, mais aussi « la probabilité que les dividendes du secteur minier atteignent un plafond » devraient aussi peser en 2023.

*En prenant en compte l’inflation.

Le TOP 5 des dividendes au T2

  1. Petrobras (Brésil)
  2. Nestlé (Suisse)
  3. Rio Tinto (Australie)
  4. China Mobil Limited (Chine)
  5. Mercedes Benz (Allemagne)
Commentaires (1)
  • bronngeor
    bronngeorposté le 25.08.2022 à 12:19

    L’État vous verse bien des aides a longueur d’années, les hommes d'affaires méritent leurs dividendes car ils aident avec leur placements a vous avoir des jobs.