Décrochage de l'activité des particuliers en bourse au 3e trimestre

Alternatives Actu 0

Le nombre d'investisseurs particuliers ayant passé des ordres de bourse a chuté de plus d'un tiers cet été.

iStock

Après être avoir été particulièrement actifs sur les marchés boursiers au 2e trimestre, les Français ont largement levé le pied cet été, montrent les données de l’activité des particuliers du 3e trimestre de l’Autorité des marchés financiers.

D'après le baromètre trimestriel de l'AMF, le nombre de personnes en France ayant réalisé des opérations sur des actions* a chuté de 35% en un trimestre, passé de 931.000 entre avril et juin – quasiment à son plus haut niveau historique – à 600.000 au 3e trimestre, l’un de ses plus bas en deux ans !

« Les incertitudes pesant sur les marchés se reflètent dans la moindre activité des investisseurs individuels. Dans un contexte de repli des marchés pour le troisième trimestre consécutif, les particuliers semblent avoir fait preuve d’un certain attentisme et conservé leurs positions », décrypte l’AMF.

Deux millions de transactions en moins

Une baisse d’activité qui se traduit également dans le nombre de transactions réalisées*, 8,8 millions, en recul significatif par rapport au 2e trimestre, qui en avait enregistré 10,82 millions. Cette activité est aussi « significativement inférieure » à celle enregistrée à la même période en 2020 (11,21M) et en 2021 (11,36M).

Quant à ceux qui sont restés actifs, alors qu’ils étaient majoritairement vendeurs au 2e trimestre, les particuliers sont repassés à l’achat, avec un solde de 485.000 acheteurs pour 362.000 vendeurs (vs. 639.000 vendeurs pour 599.000 acheteurs au T2).

Bref, après avoir beaucoup vendu au printemps, les boursicoteurs ont ensuite opté pour la stratégie du wait & see et ont renoncé à tenter de rattraper "le couteau qui tombe".

Le contexte de marché aura été particulièrement anxiogène ces derniers mois. « Bilan des courses pour ce troisième trimestre, la plupart des places financières internationales sont entrées en Bear Market (20% de baisse) et, fait inédit depuis 2009, le Cac 40 vient d’enchaîner trois trimestres consécutifs de baisse (-2,7% au T3) », a ainsi résumé lapidairement dans une note, Antoine Fraysse-Soulier, responsable de l’analyse des marchés d’eToro.

Des prévisions pessimistes

Quant à la dernière partie de l’année, celle-ci devrait probablement rester dans la même veine. Une reprise du nombre de transactions est possible, en raison d’un effet de saisonnalité, mais l’ambiance devrait demeurer bien attentiste chez les investisseurs particuliers.

Les analystes de marché sont globalement pessimistes sur l’évolution à court terme des indices, et les gérants conservent des stratégies d’allocations très défensives, qui incluent en général une sous-pondération des actions, en particulier celles de la zone euro. Pour beaucoup, la baisse n'est pas finie...

**actions admises aux négociations en Europe.

Commentaires (1)
  • Utilisateur2156082
    Utilisateur2156082posté le 20.10.2022 à 18:29

    Pas etonnant .les 3/4 sont en perte donc tant que ce n'est pas vendu ce n'est pas perdu.et beaucoup n'ont pas le droit a la vente a decouvert .ce sont toujours les meme qui gagnent

Epargne
Actu0

Octobre rouge pour l'assurance vie

Stagnante depuis plusieurs mois, la collecte nette des contrats d'assurance vie est ressortie négative en octobre. Les flux placés sur les fonds en euros ont continué de reculer.

Lire la suite