De grands groupes français commencent à placer de la trésorerie en bitcoin !

Alternatives Actu 0

La société française Woorton, qui vient de participer à la première vente aux enchères de bitcoins en France, compte parmi ses contreparties de grands acquéreurs "corporate" français…

Reuters

Très médiatisée, la première vente aux enchères de bitcoins en France organisée hier par l’Etat pour monétiser des avoirs récupérés lors d’une saisie judiciaire, a accueilli un gros acheteur professionnel. La société française Woorton, spécialisée en trading de crypto-actifs, se félicite en effet d’avoir participé à sa première vente aux enchères de bitcoins en se positionnant sur l’intégralité des lots proposés, d’une valeur de marché d’environ 28 millions d’euros. 611 bitcoins avaient été mis aux enchères tout au long de la journée du mercredi 18 mars, répartis en 478 lots, de 0,11 bitcoin pour le plus petit lot à 20 bitcoins pour le plus gros.

Coup de pub ou réelle opportunité ?

Woorton annonce avoir acquis plusieurs lots de bitcoins pour un montant total avoisinant les 5 millions d’euros. Si certains petits lots ont été adjugés nettement au-dessus du cours du bitcoin hier, Woorton, assure ne pas avoir surpayé les siens. On pourrait cependant se demander ce qu’est venu faire un professionnel du trading de cryptos comme Woorton dans cette vente aux enchères. « Ce n’est pas un coup de pub, nous n’avons pas vraiment besoin de nous faire connaître du grand public », sourit Zahreddine Touag, responsable de l’activité de trading et cofondateur de Woorton. « Il s’agissait d’une opportunité d’acquérir une grande quantité de bitcoins sans faire bouger le marché », explique-t-il.

Teneur de marché

Car le métier de Woorton, c’est d’acheter et de vendre des quantités élevées de bitcoin ou d’autres crypto-actifs en tant que teneur de marché sur la majorité des plateformes de trading. Cette jeune société indépendante créée en 2018 intervient aussi de gré à gré avec d’autres professionnels, tels que des courtiers, banques privées, fonds d'investissements ou family office, en France comme à l'étranger. « Woorton se rémunère principalement sur des stratégies de trading en intervenant sur le spread des carnets de transactions. Nous devons sans cesse trouver des contreparties à l’achat ou à la vente sur de gros volumes, sans faire décaler le marché afin de limiter notre risque d’inventaire », précise Zahreddine Touag.

Trésorerie d’entreprise

De grands groupes peuvent aussi solliciter Woorton pour placer de la trésorerie en crypto-actifs. Une pratique qui n’est plus l’apanage des géants américains de la technologie comme Tesla qui avait grand bruit en mars dernier après avoir acheté 1,5 milliard de dollars de bitcoins. « Des groupes français ont ainsi investi des montants considérables dans la reine des cryptomonnaies », confie Zahreddine Touag. La plus grosse transaction effectuée ces derniers mois par Woorton porterait sur un montant compris entre 50 et 100 millions de dollars. Contrairement aux Etats-Unis, le sujet reste assez tabou et clause de confidentialité oblige, on ne saura pas qui en est à l’origine…

Nouveaux types d’investisseurs

Tout cela confirme que l’envolée des prix du bitcoin et d’autres actifs digitaux attire actuellement deux nouveaux types d’investisseurs particulièrement actifs sur les marchés crypto : les « High Net Worth Individuals » via des family offices ou les entreprises de la tech française et européenne. Plutôt habitués des banques d’investissement, ceux-ci trouvent en Woorton un partenaire fiable, agile et expert de cette nouvelle classe d’actifs. En 2021, la société a déjà capté plus de 150 millions d’euros de nouveaux flux provenant d’acquéreurs corporate français.

Globalement, Woorton estime qu’elle devrait traiter cette année un volume de 30 milliards de dollars de crypto-actifs. Concernant les crypto secondaires en vogue actuellement, Zahreddine Touag cite bien sûr l’Ethereum mais aussi Polkadot.

Commentaires (3)
  • claudelouis
    claudelouisposté le 18.03.2021 à 19:49

    A QUAND LE GROS BOUMMMMMMMMMMM ???

  • claudelouis
    claudelouisposté le 18.03.2021 à 19:50

    Ensuite "ILS" se plaindront auprès du Gouvernement pour être aidés ???

  • La censure...
    La censure... posté le 18.03.2021 à 17:48

    Certains grands pays comme l'Inde commence à interdire le bitcoin. Si l'interdiction se généralise, les entreprises qui spéculent risquent une perte conséquente.
    Souvenons-nous des prêts hypothécaires et de la spéculation de la Société Générale.