Crowdfunding : une assurance contre les défauts de paiement

Alternatives Actu 0

La plateforme Finsquare proposera à partir de septembre une assurance gratuite pour indemniser les prêteurs en cas de défaillance d’entreprise. Une première dans le monde du financement participatif

Reuters

Le financement participatif est à la mode. Les particuliers se montrent séduits par ce mode de financement, attirés par le caractère collaboratif du secteur mais également par des rendements alléchants.

Reste que le vieux principe de précaution de l’investissement peut aussi s’appliquer au crowdfunding : un rendement élevé suppose en théorie un risque élevé. Concrètement, cela signifie qu’un particulier investissant dans un projet de financement participatif n’est pas à l’abri d’une défaillance de l’entreprise qui emprunte.

Un service inédit

Pour offrir une sécurité supplémentaire aux particuliers, la plateforme de prêt Finsquare vient d’annoncer une innovation. A partir de septembre, elle proposera de lier l’investissement à une assurance. Une première dans le secteur.

Proposée en partenariat avec le courtier Gras Savoye, cette assurance offrira une indemnisation aux prêteurs dans deux cas : le décès ou la perte d’autonomie du représentant légal de l’entreprise et le redressement ou la liquidation judiciaire de l’emprunteur.

Un service gratuit pour l'entreprise et le prêteur

Contacté par téléphone, Polexandre Joly, président de Finsquare, a détaillé à L'Argent & Vous le fonctionnement de cette assurance qui sera systématiquement intégrée aux offres de prêts. Elle s'étendra sur 18 mois, sachant que les prêts proposés par la plateforme n'excèdent jamais 24 mois.

Plus précisément, les 6 premiers mois feront l'objet d'une franchise, l'assurance à proprement parler devenant active sur les 12 mois suivants. Le dirigeant justifie ce mécanisme par le fait que la probabilité de défaut sur les 6 premiers mois est extrêmement faible si le dossier est bien préparé.

En cas de défaillance de l'entreprise durant les mois couverts, l'assurance jouera à hauteur de 50% des mensualités (intérêts compris).

Quant au coût de cette protection, il sera nul à la fois pour le prêteur et l'entreprise. C'est Finsquare qui prendra en charge le coût de l'assurance, précise Polexandre Joly. Autrement dit, la société rognera sur ses commissions... espérant certainement doper ses volumes d'affaires en retour.

Commentaires (1)
Epargne
Actu0

La collecte nette du livret A semble ralentir

A fin septembre, les encours du Livret A détenu par 55 millions de Français représentaient quand même un nouveau pactole de 324,3 milliards d’euros...

Lire la suite