Crowdfunding : l’offre se stabilise

Alternatives Actu 0

Le nombre de plateformes enregistrées auprès de l’Orias n’a pas bougé depuis la fin de l’année dernière. On peut y voir le signe d’une arrivée à maturité du secteur

Reuters

Depuis octobre 2014, les plateformes de financement participatif doivent être enregistrées auprès de l’Orias. Celles qui proposent des prêts ont le statut d’IFP (intermédiaires en financements participatifs), celles qui travaillent sur les investissements en titres (actions, obligations) sont classées dans la catégorie des CIP (conseillers en investissements participatifs).

Cette nouvelle règlementation permet un suivi et un contrôle accrus du secteur. L’Orias vient d’ailleurs de faire un point qui appelle plusieurs commentaires.

Le document montre tout d’abord que le fait d’être enregistré ne se traduit pas nécessairement par une activité. Sur 58 IFP recensés, l’Orias souligne en effet que 20 plateformes n’ont pas de site opérationnel ou de projet. Seules 38 ont déjà développé une activité. Même chose du côté des CIP, avec 26 structures actives sur les 31 qui disposent du statut.

Par ailleurs, ce pointage révèle qu’après la forte progression constatée depuis octobre 2014, le nombre de plateformes tend à se stabiliser. Il n’a quasiment pas bougé depuis la fin de l’année dernière.

Cela tend à prouver que le secteur est aujourd’hui arrivé à maturité. L’observation d’autres secteurs laisse même penser que ce nombre pourrait diminuer à l’avenir. De fait, dans les industries naissantes, les phases de croissance et de stabilisation sont généralement suivies d’une phase de consolidation dans un but de rationalisation. En vue d’asseoir leur rentabilité et leur pérennité, des plateformes pourraient donc bien se lancer bientôt dans des opérations de rapprochement.

Commentaires