Crowdfunding : le marché secondaire est pour bientôt !

Alternatives Actu 0

En s’alliant dans la technologie blockchain, BNP Paribas SS et SmartAngels vont permettre aux investisseurs d’échanger leurs titres. Un projet pilote sera mené en fin d’année.

Reuters

Au cours des dernières années, le crowdfunding a séduit de nombreux investisseurs particuliers. L’augmentation régulière des volumes en témoigne. Mais en ce qui concerne les actions, ce mode de financement n’offre pas encore la même souplesse que l’investissement dans des sociétés cotées. Pour sortir, l’investisseur doit notamment attendre l’échéance prévue de l’opération. Les possibilités de sorties en cours de route (via la revente des titres à d’autres investisseurs) sont rares, voire inexistantes.

Un marché secondaire pour un coût réduit

En constante évolution, le monde du crowdfunding est toutefois sur le point de franchir un nouveau pas. SmartAngels vient d’annoncer la mise en place prochaine d’un véritable marché secondaire pour les titres des entreprises inscrites sur la plateforme. De quoi offrir une vraie liquidité aux investisseurs.

Le défi est de taille car la gestion d’un marché secondaire impose des contraintes aux coûts souvent disproportionnés par rapport aux montants levés par ces PME, notamment en ce qui concerne la tenue des registres ou la sécurisation des transactions.

Pour contourner l’obstacle, SmartAngels s’est allié à BNP Paribas Securities Services, filiale de BNP Paribas spécialisée dans les métiers titres. Les deux partenaires vont mettre à profit la technologie blockchain.

Plus concrètement, les transactions seront traitées au sein la « chaîne » et entraîneront l’émission de e-certificats, attestant de leur bonne exécution. Ainsi, le paiement et la comptabilisation des opérations seront effectués de manière rapide, sécurisée et peu coûteuse.

Un processus global

Cette application au marché secondaire ne sera d’ailleurs qu’une extension. Le projet prévoit en effet d’intégrer le protocole blockchain dans l’ensemble des process de SmartAngels. Ainsi, les titres des entreprises seront comptabilisés automatiquement dès leur émission (marché primaire).

Grâce à ces outils, la frontière entre coté et non coté devrait donc s’estomper, que ce soit pour les investisseurs (qui bénéficieront d’une liquidité accrue) ou pour les entreprises (qui pourront gérer plus simplement leur actionnariat à un coût réduit).

Il faudra tout de même attendre quelques mois pour voir ce projet se concrétiser. Les tests seront menés dans la deuxième partie de l’année, laissant espérer une application en 2017.

Commentaires
Epargne
Analyse0

La crise sanitaire, cure de jouvence de la bourse parisienne

Une nouvelle génération d'investisseurs est arrivée sur les marchés avec le krach boursier de mars 2020. Apanage des neo-brokers, cette jeune clientèle est davantage attirée par le risque et les produits financiers complexes.

Lire la suite