Crowdfunding immobilier : 2018 s’annonce encore prometteur en restant sélectif

Alternatives Actu 0

En 2017, 33 millions d’euros ont été remboursés. HelloCrowdfunding s’attend à 150 projets supplémentaires remboursés en 2018, soit encore 55 millions d'euros.

Reuters

Le crowdfunding immobilier a véritablement pris son essor en 2017 en France avec des financements en hausse de 83% à un peu plus de 100 millions d’euros, d’après le baromètre réalisé par le site HelloCrowdfunding et la plateforme Fundimmo.

Forte hausse des remboursements

Un baromètre qui montre aussi et surtout des remboursements en forte hausse : 33 millions d’euros contre 15 millions en 2016, avec un rendement annuel brut de 9,9% en moyenne. HelloCrowdfunding s’attend à 150 projets supplémentaires remboursés en 2018, soit encore 55 millions d'euros. Réalisé auprès de 23 plateformes de crowdfunding immobilier, ce baromètre a recensé 220 projets financés l’an dernier. Ces projets se situent majoritairement dans des régions dynamiques telles que l'Ile-de-France, Rhône-Alpes ou PACA. 78% des projets concernent du résidentiel.

Premiers défauts de remboursement

Mais 2017 a aussi été l’année des premiers échecs de remboursement avec la mise en redressement judiciaire du promoteur Terlat qui avait collecté des fonds pour plusieurs programmes sur deux plateformes. L’une d’entre elles a d’ailleurs repris à son compte deux programmes dans l’espoir de mener leur construction et leur commercialisation à terme afin de rembourser les investisseurs. En attendant, HelloCrowdfunding calcule un taux de défaut de 1,33% en 2017, tout en rappelant que d'autres projets sont en retard (une quinzaine d’après nos informations), ce qui peut laisser supposer que certains d'entre eux risquent de mal finir.

Attention à la course à la collecte

Comme le rappelle HelloCrowdfunding, si l'intérêt grandissant des investisseurs pour la promotion immobilière est très clair, la problématique des plateformes est aujourd’hui de trouver toujours plus de projets de qualité, sans faire courir de risques démesurés aux investisseurs. Or certaines plateformes se sont lancées dans une course à la taille avec des projets qui ne semblent pas toujours réellement maîtrisés, notamment car ils sont initiés par de très petits promoteurs ou des marchands de bien. Le rendement est généralement plus élevé sur ces projets mais le risque est certainement démultiplié.

A SAVOIR

Depuis le 1er janvier 2018 les revenus issus du crowdfunding immobilier, lorsqu’il s’agit d’obligations, bénéficient de la flat tax. Ils sont taxés à un taux unique de 30%, ce qui permet une meilleure rentabilité à ceux qui sont imposés dans les tranches les plus hautes (à partir de 30%). Un taux brut de 10% donnera donc une rentabilité nette de 7%.

Commentaires