Croissance à deux chiffres pour la finance solidaire

Tendance Actu 0

L'encours des placements solidaires a progressé de 26% en 2021. Ces investissements ont profité d'un environnement de marché haussier et des premiers effets de la loi Pacte.

Reuters

Si elle reste encore une niche de l’investissement responsable*, la finance solidaire a poursuivi une belle croissance l’année dernière, révèle le baromètre annuel FAIR/La Croix. Après un bond relativement exceptionnel de 33% en 2020 – effet de la crise du coronavirus - son encours global a atteint 24,5 milliards d’euros en 2021, soit une progression de 26% (+5,1 Md€) et sa plus forte augmentation historique en valeur absolue.

Un environnement de marché porteur

Durant cette période post-Covid, les placements dans les fonds labellisés Finansol ou identifiés comme solidaires (les fonds 90/10**), les livrets d’épargne ou encore le crowdfunding ont profité du double effet de la hausse des marchés financiers et de la loi Pacte, « comme l’abaissement du forfait social pour les TPE et PME ou encore l’obligation pour les assureurs de proposer au moins une unité de compte solidaire dans les contrats d’assurance vie », analyse Frédéric Tiberghien, président de l’association FAIR (ex-Finansol).

L’épargne bancaire est le canal qui a connu la forte croissance absolue et relative, avec une hausse de 2,4 milliards d’euros (+38%, à 9,5 Md€). Les encours des livrets et comptes à terme ont connu une augmentation de près de 20%, pour atteindre 2,73 milliards d’euros. Les fonds communs de placement solidaire ont enregistré une croissance d’un milliard d’euros d’encours, due à l’apparition de nouveaux produits et à une progression des produits déjà labellisés. « C’est cependant le canal de l’assurance vie qui a été le plus dynamique du point de vue des nouveaux produits », grâce à la loi Pacte, rapporte le Baromètre.

L’épargne salariale solidaire a pour sa part progressé de 21% pour atteindre 14,1 milliards d’euros d’encours. Enfin, l’épargne collectée directement par les entreprises solidaires a augmenté de 15% (0,9 milliard)

Près de 700 millions d'euros de projets financés sur un an

Sur le plan des financements, 699 millions d’euros ont permis de soutenir plus de 1.350 projets à impact social ou environnemental. Plus de la moitié de ces flux ont été destinés à un objectif social (52%), notamment le logement « un effet rattrapage de l’année précédente où beaucoup de chantiers ont essuyé des retards ou ont été paralysés en raison de la pandémie de coronavirus », explique Jon Sallé, responsable de l’Observatoire de la finance à impact social chez FAIR. 17% des financements ont soutenu des projets environnementaux (filière bio, énergies renouvelables…) et 13% des initiatives liées à la cohésion des territoires et l’économie de proximité.

Avec 178 produits labellisés Finansol à fin 2021 et environ une quarantaine de fonds éligibles aux unités de compte solidaires de l’assurance vie, l’offre d’investissement à l’intention des particuliers se renforce progressivement, mais reste encore limitée, du moins si l’on compare à la myriade de produits ISR aujourd’hui accessibles sur le marché.

Une offre encore limitée dans les réseaux bancaires

Avec la réglementation toutefois, cette offre de produits solidaires est promise à s’étoffer. Depuis le début de l’année 2022, la loi Pacte oblige les distributeurs des contrats d’assurance vie de proposer au sein de leurs catalogues au moins une UC « solidaire ».

« Nous ne sommes encore qu’au début des effets de la loi Pacte, qui va accélérer le phénomène de nouveaux entrants, mais il est aussi nécessaire que les produits solidaires soient mieux proposés dans les réseaux bancaires », considère Jon Sallé.

En attendant, une concurrence pour l’instant limitée permet aux sociétés de gestion présentes sur ce créneau de réaliser de bonnes performances : « Mirova et Amundi enregistrent des croissances rapides de leurs fonds solidaires ». Parmi la poignée de nouveaux venus, le fonds Novaxia R de Novaxia Investissement, créé au printemps 2021, a aussi connu un bon démarrage. Référencé auprès de six assureurs, ce support d’investissement s’est spécialisé dans la réhabilitation d’immeubles de bureaux en logements.

La société met gratuitement à disposition les locaux en attente de travaux auprès d’associations solidaires. Pour sa première année d’existence, le fonds a collecté 194 millions d’euros, intégralement affectés dans 10 actifs tertiaires, et délivré 5,08 % de performance annualisée.

*Estimé à 777 milliards d’euros d’encours à fin 2021 pour le seul label français ISR, selon Novethic. La taille du marché français de l’investissement responsable fait débat. Le spécialiste de la finance responsable Axylia considère ainsi que ce marché ne dépasserait pas en réalité les 216 Md€.

**Fonds 90/10 : ces fonds sont tenus d’investir entre 5 et 10% de leurs actifs dans des organismes agréés « entreprise solidaire ». Cette règle qui est propre aux fonds d’épargne salariale solidaire (FCPE solidaires) a été appliquée, à l’usage, par les gérants de fonds à tous les autres OPC solidaires (FCP, SICAV). Source : FAIR.

Commentaires