Coup de jeune pour les actionnaires individuels

Tendance Actu 0

La part des détenteurs d’actions âgés de moins de 35 ans est passée de 11% à 18% entre mars 2019 et mars 2021, selon une étude publiée par l’AMF, confirmant le rajeunissement marqué des investisseurs particuliers.

Benoît Tessier / Reuters

Des investisseurs individuels plus nombreux, mais aussi plus jeunes. Le regain d’appétit des particuliers pour la Bourse s’est accompagné d’une cure de jouvence pour l’actionnariat individuel. De mars 2019 à mars 2021, la part des moins de 35 ans est passée de 11% à 18% chez les détenteurs d’actions en direct, selon les résultats de la dernière étude annuelle de Kantar publiée par l’AMF, dans sa lettre de l’observatoire de l’épargne. Cette enquête confirme le rajeunissement « significatif » des actionnaires individuels depuis deux ans, a commenté l’Autorité des marchés financiers.

Sur la période, le taux de détention d’actions en direct chez les moins de 35 ans a ainsi presque doublé de 2,3 % à 4,4 %. Il est même supérieur pour les moins de 25 ans (4,7 % en 2021) que pour les 25-34 ans (4,0 %).

Seuls 6,7 % de Français détiennent des actions en direct

Dès 2019, l’AMF indique avoir identifié un intérêt émergent d‘une partie plus jeune de la population pour les placements en actions. « La baisse des marchés en mars-avril 2020 leur a donné l’occasion de se lancer. En 2020, l’âge médian des nouveaux investisseurs a été de 46 ans contre 58 ans en 2018 et 2019 », souligne le gendarme boursier.

Sur l’ensemble de la population française, en mars 2021, le taux de détention d’actions en direct estimé est cependant relativement stable, à 6,7 % contre 6,9% un an plus tôt. L’arrivée de nouveaux investisseurs constatée par l’AMF au travers des données de transactions ces 18 derniers mois n’est pas contradictoire avec cette stabilité, précise le régulateur. Il estime que « le contexte de fort rebond des marchés a pu conduire certains investisseurs à vendre leurs titres pour extérioriser leurs plus-values. ». L’AMF se réjouit de l’arrivée d’une nouvelle génération d’investisseurs sur les marchés d’actions. Elle souhaite qu’ils s’inscrivent dans une perspective de long terme, sans prises de risques excessives.

L’an dernier, 410.000 nouveaux actionnaires ont trouvé le chemin de la Bourse. De janvier à mars 2021, le nombre de nouveaux investisseurs n’ayant jamais passé d’ordre de Bourse jusqu’ici ou inactifs depuis janvier 2018, s’était cependant élevé à 70.000.

Commentaires