Capital-investissement : un segment rentable mais aux performances inégales

Alternatives Actu 0

Si la performance moyenne à long terme est élevée, elle ne doit pas faire oublier que ce marché ne s’adresse qu’aux investisseurs prêts à prendre des risques importants.

Reuters

11,2%. Telle est la performance moyenne (mesurée par le TRI) qu’a dégagée le capital-investissement depuis 15 ans. Le bilan 2018 de France Invest et d’EY vient ainsi de confirmer l’avance prise par ce segment sur les autres classes d’actifs. A titre de comparaison, sur la même période, l’immobilier n’a pas fait mieux que 7,7% tandis que le CAC 40 (dividendes réinvestis) a dû se contenter de 5,9%.

En période de taux bas, ces chiffres du capital-investissement ont de quoi faire rêver et pourraient laisser penser que l’investissement au capital d’entreprises (le plus souvent non cotées) est la solution miracle pour les épargnants en mal de rendement.

Il convient cependant de rappeler que le capital-investissement ne s’adresse qu’à des investisseurs avisés, prêts à prendre des risques. De fait, cette moyenne englobe des performances très variables d’un cas à l’autre.

De la volatilité

Le premier élément à prendre en compte est la volatilité car la performance du capital-investissement est loin d’être linéaire. De 11,2% sur 15 ans, la performance moyenne du capital-investissement baisse par exemple à 8,8% sur les dix dernières années.

L’approche par millésime donne aussi un aperçu de l’irrégularité des rendements dans le temps. Sur la période la plus longue analysée par l’étude (31 ans), le TRI moyen du capital-investissement est de 9,9%. Il est même de 13,1% pour les fonds qui ont été créés entre 1987 et 2002. En revanche, il n’est « que » de 5,4% pour le millésime 2009 et de 5,1% pour le millésime 2006.

Des écarts d’un actif à l’autre

Des différences existent aussi d’une sous-catégorie à l’autre. Sur 15 ans, le capital-transmission a rapporté en moyenne 15,2%, mais le capital-innovation n’a généré que 3% de TRI.

Enfin, tous les investisseurs ne sont pas logés à la même enseigne selon les fonds choisis. Depuis l’origine, 71,5 milliards d’euros ont été levés et ont donc généré un TRI moyen de 9,9%. Toutefois, 25% de ces fonds ont rapporté entre 18,4% et 26,1% alors qu’à l’autre bout de l’échelle, 25% des capitaux ont affiché un TRI compris entre -4% et 1,2% seulement.

En résumé

Le capital-investissement peut être un bon moyen de doper un portefeuille tout en soutenant des entreprises en développement. Ceci étant, il faut garder à l’esprit qu’il n’offre qu’une faible liquidité et aucune garantie. Dans ces conditions, il est réservé aux personnes capables de faire face à des turbulences passagères, voire à des pertes.

Commentaires
Epargne
Fiche Pratique0

Décryptage : l’augmentation de capital avec DPS

Le mécanisme des levées de fonds avec droit préférentiel de souscription peut dérouter les non-spécialistes. Tour d’horizon de ce qu’il faut savoir pour analyser ces opérations…

Lire la suite