Baromètre eToro : face aux risques économiques, les particuliers réajustent leurs portefeuilles boursiers

Alternatives Actu 0

Si la plupart des investisseurs particuliers ont maintenu, voire augmenté leurs investissements en fin d'année, leurs arbitrages financiers tendent à être plus prudents, et davantage axés sur les liquidités.

iStock

La correction des marchés boursiers – aussi violente fut-elle pour certains indices – ne semble pas avoir entamé l’appétit des investisseurs particuliers, si l’on en croit le dernier baromètre des investisseurs particuliers du courtier en ligne eToro, dévoilé ce mercredi 18 janvier.

D’après sa dernière enquête trimestrielle, menée auprès de 10.000 personnes dans 13 pays, dont un millier en France, 78% des investisseurs interrogés au 4e trimestre 2022 déclarent avoir soit augmenté, soit maintenu le montant de leurs investissements.

« 2022 restera, pour de nombreux investisseurs particuliers moins expérimentés, la première année vraiment baissière, explique le courtier, faisant référence au nombre important de nouveaux venus observé en bourse au début de la crise sanitaire. Ceci étant, les données montrent que ce sont les investisseurs plus âgés, ayant un horizon de retraite plus court, qui ressentent le plus la pression. »

Les investisseurs jeunes sont les plus optimistes sur la conjoncture économique

De fait, plus les investisseurs sont jeunes, plus ils portent un regard optimiste sur la conjoncture économique et le marché baissier 2022, « ce qui remet en question la perception selon laquelle les jeunes investisseurs sont plus axés sur le court terme », analyse eToro. Deux personnes sur trois (67%) âgées de 18 à 34 ans ont ainsi une opinion positive ou indifférente d’une croissance proche de zéro, tandis que ce chiffre tombe à 38% chez les plus de 55 ans.

« Ce qui peut paraître surprenant mais qui révèle d’une certaine maturité des investisseurs particuliers en France, c’est qu’une grande majorité n’est pas inquiète, malgré le plus important marché baissier depuis 14 ans, constate Antoine Fraysse-Soulier, responsable de l’analyse de marché chez eToro. La majorité de cette cohorte a une vision sur plusieurs années voire plusieurs décennies. Pour ceux qui ont des objectifs à long-terme, la fin d’année 2022 a présenté des opportunités pour acheter des entreprises à des valorisations plus faibles, améliorant ainsi les perspectives de rendement. »

L'inflation, toujours en tête des préoccupations des épargnants français

Pour autant, la menace de l’inflation – désignée comme le plus grand risque d’investissement lors des dernières enquêtes trimestrielles d’eToro, continue d’être la première préoccupation des Français.

À la fin du troisième trimestre, 21% des Français interrogés considéraient l'inflation comme la plus grande menace pour leur portefeuille sur une période de trois mois, ce chiffre étant passé à 23 % à la fin du quatrième trimestre. Lorsqu'on leur demande quel est le plus grand risque pour l'ensemble de l'année 2023, les Français citent l'inflation (19%), ex-aequo avec la crainte d’un conflit international.

Place aux liquidités et aux valeurs défensives

Des considérations qui, en dépit d’un certain optimisme, ne sont pas sans conséquence sur la gestion financière des particuliers. Selon l’enquête, la proportion de personnes détenant des liquidités est passée de 39% au 3e trimestre à 70% à la fin du quatrième trimestre, soit une augmentation de plus d’un tiers.

Du côté de l’allocation, les arbitrages sont aussi plus prudents : « Etant donnée que la plupart des grandes institutions (FMI, Banque Mondiale, ..) prévoient une chute de la croissance mondiale, voire des épisodes récessionnistes dans certaines régions du monde, les investisseurs individuels ont orienté leur portefeuille vers des valeurs défensives », rapporte Antoine Fraysse-Soulier. Des investisseurs dans l’ensemble optimistes, donc, mais qui ajustent leur exposition au risque à un contexte de marché toujours compliqué…

Commentaires