Assurance-vie, PEA...: la fiscalité de l’épargne ne bougera pas jusqu’en 2017

Tendance Actu 0

Le président de la République a promis ce mardi que les régimes fiscaux de l’assurance-vie et du PEA seraient maintenus jusqu'à la fin du quinquennat tout comme celui des plus-values mobilières

Reuters

Statu quo en vue pour la fiscalité de l'épargne. « Rien n’est pire en économie que d’avoir une forme d’incertitude », a dit François Hollande ce mardi lors de ses vœux aux acteurs de l’entreprise et de l’emploi. Dès lors après les bouleversements connus en 2013 et dans une moindre mesure en 2014, le président de la République a décidé de mettre désormais l’accent sur la stabilité concernant la fiscalité de l’épargne.

Le quinquennat comme horizon

Il a en effet garanti que serait maintenue, jusqu’à la fin de son quinquennat, la fiscalité de l’épargne qu’il s’agisse de l’assurance-vie ou du PEA.

Rappelons que le plafond du PEA vient d’être porté à 150.000 et qu’a été créé en parallèle cette année, une PEA-PME permettant d’investir jusqu’à 75.000 euros dans des PME et des ETI en bénéficiant des avantages du PEA.

Côté assurance-vie, outre la création des nouveaux contrats euro-croissance, la réforme s’est surtout attachée à retoucher la fiscalité des gros contrats afin d’inciter leurs détenteurs à orienter leurs fonds vers le financement des entreprises.

Toute l’épargne est-elle concernée ?

En marge de ces annonces, François Hollande a aussi assuré que serait maintenu en l’état le régime de taxation des plus-values mobilières (actions). Celui-ci a de fait été réaménagé récemment, avec en particulier une modification des abattements applicables.

Si les épargnants vont obtenir un peu de visibilité suite à ces annonces, une question demeure toutefois. François Hollande a évoqué le maintien des mesures « qui incitent à l’investissement ». On peut donc se demander si cette garantie vaut aussi pour les supports d’épargne qui ne sont pas directement orientés vers les entreprises.

Régulièrement, des experts suggèrent par exemple de taxer en partie les gros Livrets A. Ceci étant, s’attaquer à la fiscalité des supports d’épargne les plus populaires serait politiquement très risqué.

Commentaires (1)
  • le contemplateur
    le contemplateurposté le 22.01.2014 à 16:03

    après le matraquage, monsieur nous promets une pause!!!!!!!!!

Epargne
Fiche Pratique0

Assurance-vie : quid en cas de divorce ?

Selon la manière dont a été alimenté le contrat, le divorce peut conduire à un partage de sa valeur même s’il a été ouvert par un seul des deux conjoints

Lire la suite