Assurance vie : le rendement des fonds en euros sera proche de 1% cette année

Assurance-Vie Actu 0

Facts & Figures fait l’hypothèse d’une moyenne de seulement 0,90% en 2021, en recul de 18 points de base par rapport à 1,08% en 2020.

Reuters

On savait qu’il allait continuer à baisser mais on a désormais une idée plus précise de combien… Nous parlons ici du taux moyen servi par les fonds en euros classiques des contrats d’assurance vie individuels. Toujours très suivi en matière d’assurance vie, le baromètre annuel de la société de conseil Facts & Figures fait l’hypothèse d’une moyenne de seulement 0,90% en 2021, en recul de 18 points de base par rapport à 1,08% en 2020. Cette rémunération est calculée nette de frais de gestion mais avant prélèvements sociaux (17,2%). Pour bien mesurer son effritement, le rendement de ces supports à capital garanti était de 1,33% en 2019 et de 1,66% en 2018.

En appliquant le mode de mesure de la Fédération Française de l’Assurance (établi sur un périmètre plus large, car intégrant toutes les formes de fonds en euros et tous les types de contrats), Facts & Figures estime qu’on arriverait cette année à un taux d’environ 1,10% sachant que la FFA avait mesuré 1,30% en 2020. On peut donc dire qu’on sera proche de 1% cette année sur les fonds en euros.

Les PER font mieux

Facts & Figures ajoute que les bancassureurs servent des taux en moyenne inférieurs de 10 à 20 centimes à ceux du marché alors que les mutuelles se positionnent en moyenne 35 à 40 centimes au-dessus du marché. Quant aux contrats des Conseillers en gestion de patrimoine indépendants et de partenariats (y compris Internet), « ils ne bénéficient quasiment plus d’avantage en termes de taux moyens servis par rapport au marché, sauf à accepter une part significative d’unités de compte dans son contrat ». Facts & Figures évalue par ailleurs le taux moyen servi sur les PER Individuels en 2020 à 1,25% en rappelant que les fonds en euros des contrats de retraite bénéficient de normes moins contraignantes permettant d’aller chercher du rendement en diversifiant davantage les actifs.

Des UC incontournables

Heureusement pour les épargnants, la diversification vers les unités des comptes (UC) est désormais largement utilisée (37% des cotisations globales depuis le début de l’année) et bénéficie depuis près d’1 an de la santé insolente des marchés boursiers et de la résilience des supports immobiliers (SCPI). Facts & Figures identifie une cinquantaine d’UC qualifiées d’incontournables en assurance vie, notamment dans la sphère patrimoniale. Facts & Figures cite notamment 4 sociétés de gestion particulièrement référencées (La Financière de l’Echiquier, Sycomore, Carmignac et Comgest) et des UC très performantes comme Echiquier World Equity Growth A (performance annuelle moyenne de +13,83% sur 2014-2020), Comgest Monde C (+12,93% sur 2014-2020) , EdR Healthcare A EUR (+10,49% sur 2014-2020), Mandarine Europe Microcap R (+14,25% sur 2014-2020) et Rothschild & Co Valor F (+9,72% sur 2014-2020).

Attention aux frais

Sur les 10 dernières années (2010-2020), Facts & Figures évalue la performance annuelle moyenne nette de frais des UC à 3,23% et celle des fonds en euros à 2,08%. « La prise de risque sur les unités de compte n’est donc pas payante pour toutes les classes d’actifs. Globalement, on relève que les classes d’actifs trop peu exposées en risque n’arrivent pas à surperformer le fonds en euros, notamment en raison des frais internes élevés qu’elles doivent absorber », commente Facts & Figures. Dans une étude précédente, Facts & Figures évaluait en moyenne à 2,91% les frais annuels qui viennent imputer d’autant la performance d’un investissement dans une UC actions. C’est bien sûr beaucoup plus qu’un placement équivalent sur un PEA même si l’assurance vie conserve son avantage fiscal sur la transmission.

Commentaires