Assurance-vie : la collecte au plus haut depuis 2011

Assurance-Vie Actu 0

En trois mois, elle atteint déjà 7,9 milliards d’euros. Un chiffre qui confirme la tendance à l’épargne déjà mise en relief par les statistiques du Livret A.

Reuters

Le début d’année est traditionnellement favorable à l’épargne. Sur les huit dernières années, l’assurance-vie a par exemple réalisé 41% de sa collecte annuelle au cours du premier trimestre, selon notre analyse des données de la FFA. Le très bon début d’année 2019 de ce produit n’est donc pas vraiment une surprise.

Ceci étant, le démarrage est cette fois particulièrement dynamique. Avec 2,4 milliards d’euros de collecte nette, l’assurance-vie vient de porter son compteur trimestriel à 7,9 milliards d’euros (contre 6 milliards d’euros en 2018). Il faut en effet remonter à 2011 pour trouver mieux.

Les Français jouent donc clairement la carte de l’épargne comme l’ont également montré les statistiques du Livret A et du LDDS, avec une collecte de 9,65 milliards d’euros au premier trimestre. Ainsi, ces trois produits ont déjà capté 17,55 milliards d’euros d’argent frais cette année.

La précaution avant tout

Alors que nombre de Français pointent leurs difficultés en matière de pouvoir d’achat, l’importance de ces flux ne manque pas d’étonner. En fait, on peut y voir un signe de prudence face à un contexte incertain. D’ailleurs, d’après la dernière enquête « Cercle de l’Epargne/Amphitéa », les Français avouent aujourd’hui épargner avant tout par précaution (41%) et non pour des projets précis.

Dans son analyse des derniers chiffrent de l’assurance-vie, le Cercle de l’épargne avance également deux explications plus précises. Il cite la baisse des investissements dans les logements (une tendance qui amène les ménages à moins piocher dans leurs réserves). En parallèle, le communiqué évoque la prochaine réforme des retraites, un projet « par nature anxiogène » et « qui conduit à renforcer l’épargne ».

Commentaires
Epargne
Fiche Pratique0

Assurance-vie : quid en cas de divorce ?

Selon la manière dont a été alimenté le contrat, le divorce peut conduire à un partage de sa valeur même s’il a été ouvert par un seul des deux conjoints

Lire la suite