Agirc-Arrco : la journée du 7 mars sera décisive

Retraite Actu 0

Les négociations d'hier n'ont pas permis d'avancer

Reuters

Une guerre de tranchées. Ainsi pourrait être résumée la journée de négociations qui s'est tenue hier concernant les régimes de retraites complémentaires Agirc et Arrco. Patronat et syndicats se sont quittés sans avoir avancé sur la manière de rééquilibrer les comptes.

Le Medef a maintenu sa position. Pour mémoire elle consiste à revaloriser les pensions à un niveau inférieur d'un point à l'inflation jusqu'en 2017. Si les syndicats semblent prêts à accepter cette désindexation, les divergences portent surtout sur les ressources.

Dans sa proposition, le Medef suggère de faire grimper le taux d'appel de 125% à 130% à raison de 1% par an. Les syndicats souhaiteraient plutôt une hausse du taux contractuel. La nuance peut paraître difficile à cerner mais elle a son importance. Une hausse du taux d'appel n'ouvrirait pas de droits supplémentaires. Autrement dit, on augmenterait la ressource sans augmenter la dépense. Une hausse du taux contractuel se traduirait en revanche par de nouvelles ressources mais aussi de nouveaux droits pour les retraités.

Sur ce point les syndicats ne sont d'ailleurs pas tous sur la même ligne. Alors qu'ils avaient fait front commun lors de la dernière réunion, le bloc s'est quelque peu fissuré hier, la CFDT ayant fait part de ses inquiétudes sur les conséquences financières de la création de droits nouveaux au travers d'une hausse du taux contractuel.

La journée du 7 mars va en tout cas s'avérer décisive puisqu'elle constituera la dernière chance de conclure un accord en vue d'une application au 1er avril prochain. Si accord il y a, il sera très certainement un compromis entre les propositions des deux camps. Reste qu'en vue de cette dernière journée, le Medef a tout de même marqué un point en faisant basculer un syndicat du côté de son projet.

Commentaires (1)
  • missiles
    missilesposté le 15.02.2013 à 18:52

    Indécent, le marchandage entre syndicats et le Medef; Les retraités se sont déjà fait amputer leurs pouvoirs d'achats de 0,3% grâce aux PS, s'il faut en plus que les retraites soit diminuées de 1% jusqu'à 2017, cela fera près de 7% de perte de pouvoir d’achat qui ne sera JAMAIS retrouvé. Ensuite du fait de la désindexation, les gouvernements successifs augmenteront les retraites la dernière année de leurs quinquennat et beaucoup moins durant les quatre années précédentes. Politique de voyous !!