Aéroport de Nice : les particuliers pourront participer à la privatisation

Alternatives Actu 0

Le président de la plateforme Wiseed déclare à L’Argent & Vous être en discussion avec la Métropole Nice Côte D’Azur pour monter une opération de crowdfunding en vue de la privatisation de l’aéroport

Reuters

Fonds d’investissement, opérateurs aéroportuaires, groupes de services collectifs... Les candidats au rachat de l’aéroport de Nice sont nombreux. Mais dans l’optique de la privatisation, il faudra aussi compter sur les particuliers. Après avoir tenté d’intégrer des particuliers au tour de table de la cession de l’aéroport de Toulouse l’an dernier, Wiseed compte bien engager une opération du même type sur la Côte d’Azur, dans le cadre de la cession à venir de la participation de l’Etat (60%) dans l’aéroport niçois.

Un soutien politique au projet

« Nous sommes en contact avec le cabinet de Christian Estrosi, le président de la Métropole Nice Côte d’Azur, pour intégrer une opération de crowdfunding dans la cadre de la privatisation », explique Thierry Merquiol, le président de Wiseed, à L’Argent & Vous.

Si les choses n’ont pu aboutir à Toulouse, du fait d’une levée de fonds trop faible et d’un manque de volonté politique, le dossier semble ici mieux engagé. Car d’après Thierry Merquiol, l’accueil du projet de financement participatif par les dirigeants politiques locaux est tout autre. D’un strict point de vue financier, l’argent de particuliers ne sera pas nécessaire pour réussir la privatisation. Il y a assez de candidats déclarés. Mais « L’objectif premier des autorités est de fédérer des particuliers et des acteurs économiques locaux autour du projet », souligne le président de Wiseed.

100 millions d’euros à la clé ?

Au vu du montant attendu de la cession des 60% de l’Etat (jusqu’à 1 milliard d’euros), les particuliers ne pourront d’ailleurs jouer qu’un rôle secondaire sur le plan financier. Ceci étant, l’opération devrait être plus aboutie qu’à Toulouse (20 millions d’euros levés), où Wiseed dit avoir manqué de temps. Comptant s’appuyer sur des entreprises ou des institutions locales, Thierry Merquiol ambitionne de mobiliser 100 millions d’euros, dont 50 millions d’euros en provenance des particuliers, « si le soutien politique local est confirmé ».

La plateforme dispose en tout cas de quelques mois pour peaufiner son dossier puisqu’elle envisage de présenter le projet en fin d’année afin de réaliser la levée de fonds au premier trimestre 2016.

En revanche, Thierry Merquiol exclut pour l’heure de regarder du côté de l’aéroport de Lyon, du fait d’une absence de soutien politique pour un tel projet.

Seconde chance à Toulouse ?

Recalé dans le dossier de l’aéroport de Toulouse l’an passé, Wiseed compte bien revenir à la charge. Indiquant que la situation politique a changé au niveau local, Thierry Merquiol dit être actuellement en discussion pour relancer une opération de financement participatif. Le président de Wiseed espère ainsi pouvoir recueillir autant que l’an dernier, soit 20 millions d’euros.

Commentaires