Actions : un rendement moyen de 4,4% sur le CAC 40 en 2013 !

Tendance Actu 0

Les dividendes payés en cash ont assuré à eux seul un retour de 3,5%, soit autant qu’en 2012. Mais les écarts restent très marqués au sein de l’indice parisien...

Reuters

Au vu de sa hausse de 18%, le CAC 40 a de l’avis général réalisé une bonne année 2013. Reste que pour les investisseurs présents dans la durée, un autre indicateur s’avère tout aussi déterminant : le rendement. Celui-ci mesure en effet ce que les actionnaires ont perçu dans l’année sous forme de dividendes et de rachats d’actions.

33,6 milliards d'euros de dividendes en cash

La lettre Vernimmen de janvier vient justement de faire le point sur le sujet. Premier constat, les retours aux actionnaires ont représenté 4,4% de la capitalisation moyenne de l’indice en 2013, soit autant qu’en 2012 mais un peu moins qu’en 2011 (4,8%).

Ce sont sans surprise les dividendes en cash qui ont représenté l’essentiel du rendement. D’un montant total de 33,6 milliards d’euros (+3,9% sur un an), ils ont à eux seuls assuré un rendement de 3,47%.

Sous l’impulsion d’Airbus, L’Oréal, Danone et Sanofi, les rachats d’actions se sont quant à eux élevés à 6,57 milliards d’euros (0,65% de rendement). Enfin, les dividendes payés en actions ont été inférieurs de 40% à ceux de 2012 et ont contribué au rendement à hauteur de 0,3% (2,39 milliards d’euros).

Jusqu'à 8,8% chez GDF-Suez

Comme à l’accoutumée, cette moyenne cache de fortes disparités. Sanofi, Total, EDF, Airbus et GDF-Suez ont offert les plus forts rendements avec des taux variant de 5,8% pour le groupe pharmaceutique à 8,8% pour le gazier. En bas de tableau, Crédit Agricole et Alcatel-Lucent n’ont quant à eux rien versé.

Rappelons toutefois que ces rendements ne peuvent être vus que comme des niveaux théoriques basés sur des cours moyens. Pour chaque investisseur, le rendement réel dépend en effet du prix d’acquisition. Il peut donc varier fortement d’un portefeuille à un autre.

46% des résultats distribués

La lettre Vernimmen attire en tout cas l’attention sur un autre critère plus universel : le taux de distribution. En 2013, les entreprises du CAC 40 ont reversé à leurs actionnaires 46% de leurs résultats, un niveau proche de la moyenne historique (45%) et un peu inférieur à celui de 2012 (48%). Les auteurs soulignent que cela résulte moins de la progression des résultats que de la modération constatée sur les versements de dividendes. De fait, hors rachats d’actions, les dividendes payés (en cash et en actions) ont baissé de 1% par rapport à 2012. Ils sont ressortis à 36 milliards d’euros, dont une bonne partie sont allés dans les caisses de l'Etat au titre de ses participations.

Commentaires
Epargne
Actu0

Du Pinel à la location meublée, il n’y a qu’un pas

Profiter de l’intérêt fiscal procuré par la Loi Pinel, puis au moment de l’extinction de cet avantage, basculer vers un nouveau régime fiscal (LMNP) est la solution proposée par la plateforme Cerenicimo.

Lire la suite