Salaires : combien coûtez-vous à votre employeur ?

Budget Analyse 0

Une note de l’iFrap vient d’estimer le coût total d’un salarié en tenant compte des dernières réformes. Pour offrir 1.800 euros nets, une entreprise doit par exemple débourser près de 3.200 euros.

MaxPPP

Le coût du travail en France fait débats depuis plusieurs mois. Il est d’ailleurs souvent difficile de s’y retrouver car de nombreux paramètres sont à intégrer : cotisations salariales, cotisations patronales, aides éventuelles… Les calculs sont d’autant plus complexes que diverses réformes ont récemment changé la donne, notamment avec le CICE.

Une étude de l’iFrap permet toutefois d’y voir plus clair. Le think tank vient en effet de faire des simulations pour différents niveaux de rémunérations. Ce travail intègre même l’impact de l’impôt sur le revenu et de la prime d’activité afin de présenter des données nettes de fiscalité pour le salarié.

Au Smic

Au Smic, un salarié perçoit 1.128 euros de salaire net auquel s’ajoute 156 euros de prime d’activité. Son revenu net s’établit donc à 1.284 euros. Entre les allègements de charges et le CICE, le coût pour l’employeur est ici limité : 1.407 euros (voir tableau).

Autrement dit, pour 100 euros de salaire net perçus par l’employé, la charge totale pour l’employeur est inférieure à 125 euros. Et le revenu réel du salarié ressort à 113,80 euros grâce à la prime d’activité.

Avec 1,3 Smic

Avec un salaire net de 1.468 euros, l’impact pour l’employeur est là encore mesuré. Le coût total du travail est de 1.874 euros. Soit une charge de 127,66 euros pour 100 euros nets versés.

Ici, pour le salarié, la prime d’activité (33 euros) et l’IR (29 euros) se compensent pratiquement aboutissant à un revenu disponible de 1.472 euros.

Avec 1,6 Smic

A 1.807 euros de salaire net, le coût pour l’entreprise devient proportionnellement plus sensible, du fait de la perte de la prime de 2.000 euros. Au total, l’employeur doit débourser 3.198 euros. Cela équivaut à 177 euros réglés pour 100 euros de salaire net versés.

Précisons qu’ici, le revenu disponible du salarié n’est plus que de 94,30 euros en raison de l’IR à régler.

Avec 2,5 Smic

Pour vous offrir 2.824 euros de salaire net, votre employeur supporte un coût global de 5.283 euros charges comprises. Il faut dire que le seul avantage subsistant dans cette catégorie concerne la diminution des cotisations familiales (à partir d’avril 2016).

Le rapport est donc de 187 euros à payer pour 100 euros de salaire net. Quant au salarié, il ne conserve que 89,7 euros de revenu disponible une fois réglé son IR.

Avec 3,5 Smic (cadre)

Si votre salaire équivaut à 3,5 Smic, soit 3.964 nets, sachez que vous coûtez en réalité 7.655 euros par mois à votre entreprise, car elle n’a alors plus d’avantage particulier.

Pour 100 euros perçus, elle doit débourser 193 euros. Et une fois payé votre IR, vous conservez un peu moins de 85 euros.

Un coût progressif

Du fait des dernières réformes, qui ont conduit à abaisser les charges sur les bas salaires, le coût d’un salarié pour une entreprise est donc loin d’être linéaire.

Entre un employé percevant 1.128 euros et un employé touchant 2.824 euros, le rapport de salaire net est par exemple de 2,5. Mais la charge réellement supportée par l’entreprise est multipliée par 3,75.

Coût mensuel d'un salarié en 2016
Données eu euros, source : L'Argent & Vous
Salaire netRevenu après IR et prime d'activitéCoût total pour l'employeur
Smic1.1281.2841.407
1,3 Smic1.4681.4721.874
1,6 Smic1.8071.7043.198
2,5 Smic2.8242.5325.283
3,5 Smic3.9643.3577.655
Commentaires (6)
  • gc_n1
    gc_n1posté le 22.01.2016 à 22:04

    L'amplitude de ces prélèvements obligatoires constitue la fin de la dynamique de développement économique de la France car elle empêche toute motivation du secteur privé concurrentiel (salariés qualifiés et entreprises non monopolistiques)
    par une non compétitivité avérée, une démotivation de l'investissement, une pression sur les salariés, une frilosité au recrutement, etc
    Cela pourrait être toléré si la redistribution montrait des signes d'efficacité mais elle s'avère inversément proportionnelle aux prélèvements !

  • gc_n1
    gc_n1posté le 22.01.2016 à 21:53

    Merci l'IFRAP et merci boursier.com
    Cet article mérite d'être largement diffusé.
    En effet, comme peu de personnes peuvent l'appréhender (souvent par idéologie),
    on voit qu'à partir de 2,5 smic, l'état prélève plus que le salaire perçu après charges obligatoires et impôt sur le seul revenu.
    Chacun doit être informé de cet aberrant état de fait, survenu progressivement mais sans répit, après l'avènement du PS en 1981.

  • gc_n1
    gc_n1posté le 22.01.2016 à 21:22

    Excellent article à partir duquel chacun pourra constater qu'à partir d'un certain niveau de qualification le massacre des prélèvements et impots constitue le frein principal au développement de notre économie. Comment recruter les meilleurs éléments lorsque l'employeur a du mal à les revendre et lorsque le salarié tire aussi mal son épingle du jeu...
    Comment comprendre que l'état perçoit plus que le salarié ???!!!...
    Tout le monde comprendra notre non compétitivité et notre manque d'avenir dans ces conditions

  • tejec
    tejecposté le 22.01.2016 à 19:09

    Facile : il suffit de devenir employeur !.........bon courage.

  • SCIRHAK
    SCIRHAKposté le 22.01.2016 à 16:53

    il faut voir sous un autre angle : combien un employé rapporte à son employeur !!!!

  • gc_n1
    gc_n1posté le 22.01.2016 à 21:12

    il faut voir sous tous les angles
    pas seulement sous celui de la marge comme vous semblez l'entendre
    ce condensé est très révélateur du massacre en cours de la classe moyenne (et des employeurs non monopolistiques) qui deviennent invendables, sinon insupportables pour les employeurs;
    d'où toutes les dérives actuelles comme les mauvais résultats économiques récurrents, le chômage, la dette, la non compétitivité, le ralentissement des investissements, etc