Retraites : dans quels secteurs perçoit-on les meilleures pensions ?

Seniors Actu 0

Les données de la Drees montrent qu’un salarié du régime général touche une retraite plus faible qu’un fonctionnaire ou qu’un bénéficiaire de régime spécial. Mais cela tient avant tout aux différences de revenus pendant la période d’activité

Reuters

En France, un retraité ayant eu une carrière complète percevait en moyenne 1.740 euros de pension en 2014. Mais bien entendu, ce chiffre que vient de révéler la Drees masque de très forts écarts. Avec 1.430 euros, les femmes touchent par exemple 27,5% de moins que les hommes. Les données publiées cette semaine prouvent aussi que le parcours professionnel et donc le régime d’affiliation ont aussi un impact important.

Les fonctionnaires au niveau des professions libérales

Le tableau que nous reproduisons ci-dessous risque même de venir relancer le débat sur les régimes spéciaux et le statut des fonctionnaires. De fait, si les anciens salariés unipensionnés touchent en moyenne 1.870 euros de retraite, les salariés du régime général doivent se contenter de 1.770 euros.

Du côté des non-salariés, le point d’équilibre est encore plus bas : 710 euros pour les anciens agriculteurs et un peu plus de 1.000 euros pour les anciens artisans et commerçants.

A l’inverse, certaines catégories sont bien au-dessus de la moyenne. Les anciens fonctionnaires d’Etat perçoivent en moyenne 2.520 euros, tandis que les bénéficiaires de régimes spéciaux (RATP, SNCF, Banque de France…) touchent en moyenne 2.500 euros.

Dans le privé, seules les professions libérales atteignent un niveau comparable avec une retraite-type de 2.450 euros par mois.

Retraite moyenne de droit direct à carrière complète (en euros)
Données de 2014 pour les unipensionnés, source : Drees 04/16
Pension en euros
Anciens salariés1.870
-Anciens salariés du régime général1.770
-Fonctionnaires d'Etat2.520
-Militaires2.270
-MSA Salariés1.690
-Fonctionnaires des collectivités locales1.840
-Régimes spéciaux2.500
Anciens non-salariés760
-MSA non-salariés710
-RSI commerçants1.020
-RSI Artisans1.050
-Professions libérales2.450
Moyenne des unipensionnés1.800

Des écarts dus à des différences de revenus

Faut-il déduire de ces statistiques que certaines catégories d’assurés sont « privilégiées » par rapport aux autres ? Les commentaires de la Drees indiquent qu’il n’en est rien. « Ces écarts sont notamment le reflet des différences de salaires et de revenus d’activité entre les personnes cotisant à ces différents régimes », précise le document. Autrement dit, les retraités percevant les meilleures pensions avaient en activité des revenus plus élevés et cotisaient donc plus.

La Drees ajoute à titre d’exemple que « la proportion des cadres et des personnes très qualifiées est plus importante parmi les professions libérales et les métiers de la fonction publique ».

Des taux de remplacement comparables

Elle renvoie également à une étude parue en 2015 et dont « les principaux résultats montrent qu’il n’y a pas de différences significatives du taux de remplacement moyen ».

Selon ce document, les écarts sont en effet très faibles entre privé et public, que les revenus soient faibles ou élevés. Les fonctionnaires apparaissent même ici moins bien lotis avec un taux de remplacement médian de 73,9% pour une carrière complète, contre 75,2% dans le privé. En tout cas, ces travaux de 2015 indiquent clairement que pour tous, le taux de remplacement diminue au fil des générations…

Taux de remplacement des carrières complètes
Retraités nés en 1946, source : Drees 07/15
Médiane
Privé75,2%
-dont hommes75,2%
-dont femmes75,2%
Public (y compris régimes spéciaux)73,9%
-dont hommes74%
-dont femmes73,8%
Commentaires (5)
  • VICTORINHUGOLIN
    VICTORINHUGOLINposté le 09.05.2016 à 10:00

    contrôleur des impots avec 42 annuités complètes : 1653 € net mois
    voilà des fonctionnaires au niveau du balayeur

  • blaincourt
    blaincourtposté le 29.04.2016 à 12:20

    Les fonctionnaires, encore et toujours, une des raisons de l'appauvrissement du pays : en surnombre, surpayés, productivité faible, etc
    et bien sûr syndiqués pour défendre leurs privilèges couteux payés par les autres, dont les chomeurs.

  • clicpg
    clicpgposté le 29.04.2016 à 11:25

    "Retraités nés en 1946, source : Drees 07/15", étude intéressante mais périmée, puisque les retraités étudiés n'étaient pas justiciables de la réforme des retraites de 2011, puisqu'ils avaient déjà 65 ans et un taux de remplacement dans le privé supérieur à celui qu'ils ont désormais. Quand va-t-on ENFIN parler en France des régimes spéciaux et du scandale qui perdure aux frais du contribuable pour les renflouer annuellement?

  • Journaliste
    Journalisteposté le 29.04.2016 à 14:29

    Nous sommes désolés de ne pouvoir vous offrir des chiffres plus frais. Mais les statistiques officielles sont souvent publiées avec un décalage important.
    Cordialement

  • bdx
    bdxposté le 29.04.2016 à 10:45

    Pour ma part (ancien militaire et carrière plus que complète) mon taux de remplacement est de 67,5%.