7 fonctionnaires sur 10 jugent le secteur public moins attractif qu'avant

Budget Actu 0

Peu satisfaits de leur rémunération, ils sont quand même prêts en majorité à recommander le public à leur entourage...

Reuters

Les fonctionnaires ont le blues. D’après le dernier Panel Prefon, 71,5% d’entre eux jugent que le secteur public est devenu moins attractif qu’auparavant. Certes cela ne constitue qu’une demi-surprise puisque les agents du public déplorent depuis de longs mois la faible attractivité de leur secteur. Ceci étant, le camp des déçus a grossi de près de 9 points en à peine trois mois.

Les fonctionnaires se sentent pourtant reconnus dans leur métier. Ils sont 53,5% dans ce cas, contre 50,4% lors du sondage précédent. En revanche, c’est du côté des rémunérations qu’il y a un hic. Plus de la moitié des sondés (51,8%) s’estiment moins bien rémunérés que leurs collègues du privé.

Difficile sur ce plan d’y voir clair. Dans une étude publiée fin 2013, l’Insee a estimé à 2.918 euros bruts le salaire moyen dans le public en 2011 et à 2.830 euros bruts le salaire moyen dans le privé. Mais ces données ne peuvent être directement comparées. D’abord parce que les régimes de cotisations diffèrent. Ensuite parce que la ventilation par niveaux de qualification n’est pas nécessairement la même des deux côtés.

En tout cas, même s’ils sont insatisfaits de leur rémunération, les agents du public restent prêts à 60% à recommander la fonction publique à leur entourage. Comme le souligne l’étude, entre salaires jugés trop bas et sécurité de l’emploi, « le cœur des fonctionnaires balance ». Ce qui peut se comprendre en cette période de crise.

Commentaires
Quotidien
Actu0

Orange Bank mise sur la gratuité

La banque mobile d’Orange ouvrira au public le 6 juillet. Elle promet une carte gratuite et l’absence de frais de tenue de compte… sous condition

Lire la suite
Quotidien
Actu0

Un automobiliste paie entre 23% et 27% de taxes

Selon la version 2016 de l’étude annuelle de l’Automobile club association, les automobilistes ont réglé 65 milliards d’euros de taxes l’an passé, dont 35 milliards sur les carburants

Lire la suite