Voitures de collection : des prix toujours plus hauts !

Automobile Actu 0

Alors que s’ouvre ce 3 février l’édition 2016 de Rétromobile, les prix des véhicules anciens ne cessent d’enfler, au risque d’alimenter les craintes d’un retournement brutal…

Artcurial

C’est le rendez-vous parisien des amoureux de voitures anciennes. L’édition 2016 du salon Rétromobile débutera demain, mercredi 3 février. Et force est de constater qu’actuellement les voyants sont au vert sur le marché de l’automobile de collection.

En 2015, les prix des modèles d’exception ont progressé de 16,5%, d’après l’indice spécialisé Hagi. Après les +47% de 2013 et les +15% de 2014, la tendance reste donc nettement positive. Actuellement, rares sont les actifs à afficher de telles performances.

+490% en 10 ans

Mais il faut aussi rappeler que de la croissance à la surchauffe, il n’y a parfois qu’un pas. Et c’est bien ce qui inquiète sur ce marché où les spéculateurs ont rejoint les collectionneurs.

Comme le rappelait le Knight Frank Luxury Investment Index publié au printemps 2015, les prix des voitures anciennes ont été multipliés par 5,9 en 10 ans. Aucune autre classe d’actifs alternatifs n’a fait mieux (les prix des œuvres d’art n’ont été multiplié « que » par 3,5).

Porsche illustre parfaitement l’engouement actuel. Un peu en retrait par le passé (notamment face aux Ferrari), la marque de Stuttgart a véritablement crevé l’écran depuis 2014. Au cours des deux dernières années, les prix ont enflé en moyenne de 50%, contre +22% pour les Ferrari et +34% pour l’ensemble du marché.

Des craintes d’éclatement de la bulle

Aujourd’hui, beaucoup d’experts estiment qu’une bulle s’est déjà créée. Et les plus anciens rappellent l’exemple du début des années 1990 : après avoir été multipliés par 2,5 en moins de 10 ans, les prix avaient chuté de 60% en à peine plus de 5 ans.

Pour les plus pessimistes, la seule question est donc de savoir quand les prix reculeront et de quelle manière (subitement ou à la manière d’un krach larvé). Mais bien entendu, personne n’est en mesure d’apporter une réponse certaine.

Des facteurs de soutien et des facteurs de risque

A chacun dès lors de se faire son propre avis en ayant à l’esprit les facteurs de risque et de soutien du marché. Du côté des soutiens, on peut citer l’arrivée de collectionneurs des pays émergents sur le marché depuis quelques années. Certains observateurs estiment par ailleurs que le marché profite de la faiblesse des rendements offerts par ailleurs par les actifs traditionnels.

Une remontée des performances des autres classes d’actifs pourrait donc à l’inverse fragiliser le marché des véhicules anciens. Enfin, rappelons que l’étroitesse du marché est un risque à prendre en compte. Ici, le moindre signe de faiblesse pourrait très vite faire boule de neige.

Commentaires