Le marché des véhicules de collection n’en finit plus de grimper

Automobile Actu 0

Cette année, les prix ont encore augmenté de 15%, tirés notamment par le succès des vieilles Porsche. En 6 ans, ils ont été multipliés par 2,7. Faut-il s’en inquiéter ?

Artcurial

Face à des marchés boursiers en stagnation, ceux qui ont misé sur les véhicules anciens ont visiblement fait un bon investissement. En 2014, les prix des modèles d’exception ont encore progressé de 15% selon l’indice Hagi.

18% par an en moyenne

Si 2013 a fait la part belle aux Ferrari, l’année 2014 a surtout mis en évidence un intérêt marqué pour les vieilles Porsche. Leurs prix ont augmenté de près de 24% sur le marché.

L’évolution sur 6 ans peut de surcroît faire saliver. En moyenne, les prix ont progressé de 18% par an. Autrement dit, depuis fin 2008, ils ont été multipliés par 2,7.

Une transformation du marché

Faut-il craindre un brusque retournement ? Force est en effet de constater que d’un marché de passionnés, le segment des voitures anciennes est devenu un marché d’investisseurs alimenté par les zones historiques (Europe, Etats-Unis) et de nouveaux acheteurs dans les marchés émergents. L’intérêt est tel que Jaguar a même décidé de reconstruire à l’identique quelques voitures des années 1960.

Certains redoutent donc l’éclatement de ce qu’ils assimilent à une bulle. Rappelons d’ailleurs qu’une forte poussée avait déjà eu lieu à la fin des années 1980 (au moment du décès d’Enzo Ferrari), suivie d’une baisse des prix (de 60% environ) jusqu’au milieu des années 1990.

La Chine en relais ?

Pour autant, des experts soulignent que la situation n’est plus la même. L’intérêt des pays émergents pour les véhicules anciens a donné à ce marché une profondeur qu’il n’avait pas par le passé. L’argument de la Chine est également mis en avant. Il est aujourd’hui impossible d’y importer des véhicules anciens. Mais si la législation venait à changer, les collectionneurs locaux pourraient également se ruer sur le marché et entretenir la hausse des prix.

On ne peut donc exclure une poursuite du mouvement à l’avenir. Mais les candidats à l’achat d’un véhicule ancien doivent garder à l’esprit que ce marché demeure risqué et que les voitures anciennes n'offrent pas la sécurité d'un produit financier encadré.

Commentaires