Enchères : les vieilles Mercedes ne font pas recette

Automobile Actu 0

Les résultats de la vente menée par Bonhams ce week-end ne témoignent pas d’un engouement démesuré, même si la 350 SL de Nicolae Ceausescu a été acquise pour près de 50.000 euros

Bonhams

Quasiment 50.000 euros frais inclus et 43.000 euros au marteau. La Mercedes 350 SL de Nicolae Ceausescu vendue ce week-end par Bonhams prouve une nouvelle fois que les véhicules qui ont une histoire sont recherchés par les collectionneurs.

Ce modèle de 1973 (photo) avait été acheté neuf par l’ancien dictateur roumain avant d’être revendu en 1999 par l’Etat. Force est en tout cas de constater que l’identité de son ancien propriétaire a fait monter les enchères car habituellement des exemplaires en bon état peuvent se trouver pour une somme avoisinant les 20.000 euros.

Pas d’acheteur pour 1 lot sur 2

La maison de vente peut être d’autant plus satisfaite du résultat de ce lot que l’enchère finale a atteint la partie haute de la fourchette d’estimation (30.000 à 50.000 euros), car dans l’ensemble, le bilan est moins flatteur.

La vente comprenait au total 58 lots. Or, seuls 28 de ces lots ont trouvé preneur et parmi les véhicules restés à quai se trouvent certaines des plus belles pièces de la vente. Ainsi d’une 500 K cabriolet de 1935 (lot 145) estimée initialement entre 6 et 7 millions d’euros ou d’une 300 SL roadster de 1961 dont Bonhams espérait tirer entre 1,2 et 1,5 million d’euros. Idem pour une rare 600 landaulet de 1971 (fourchette de 1 à 1,5 million d’euros) ou une 300 SE cabriolet de 1964 (170.000 à 230.000 euros).

Le bas de la fourchette dans de nombreux cas

Certes, on peut noter que le compteur est monté jusqu’à 2 millions d’euros (2,3 millions d’euros frais inclus) pour une exceptionnelle Mac Laren SLR « Stirling Moss » de 2009. Toutefois, cette somme ne constitue « que » le bas de la fourchette d’estimation (jusqu’à 2,4 millions).

D’ailleurs, cette voiture n’est pas un cas isolé. La plupart des lots vendus ont eu du mal à atteindre le bas des estimations préalables. Une 190 SL de 1961 était par exemple attendue entre 135.000 et 150.000 euros. Finalement, les enchères se sont terminées à 128.000 euros.

Alors que les prix des vieilles Mercedes stagnent depuis quelques mois (après avoir enflé de 70% en 4 ans selon l’indice Hagi), reste désormais à savoir si cette vente ne constitue pas le signe avant-coureur d’un retour des acheteurs à plus de raison. Plusieurs experts jugent en effet qu’une bulle s’est formée sur les véhicules de collection avec à la clé un risque d’éclatement, notamment lorsque les autres classes d’actifs retrouveront du rendement.

Commentaires