Sarkozy propose de sortir à nouveau les revenus du capital de l’assiette de l’impôt

Nouveautés Analyse 0

C’est de bonne guerre, Nicolas Sarkozy propose donc l’inverse de ce que la Gauche avait fait en réintégrant depuis 2012 ces revenus du capital dans le barème de l'impôt progressif sur le revenu...

Reuters

Comme toujours dans les programmes de candidature politique, les propositions de Nicolas Sarkozy pour les élections présidentielles de 2017 comprennent des promesses alléchantes, en particulier du point de vue de la fiscalité. En plus de promettre aux Français une baisse d’impôt de 10%, l’ancien Président envisage d’enlever de l’assiette de l’impôt sur le revenu les dividendes, intérêts, plus-values mobilières et les revenus fonciers. C’est de bonne guerre, Sarkozy propose donc l’inverse de ce que la Gauche avait fait en réintégrant depuis 2012 ces revenus du capital dans le barème de l'impôt progressif sur le revenu.

Alignement sur l’Allemagne

Sarkozy propose ici de s'aligner sur l'Allemagne, avec un taux d’imposition fixe de 26% (y compris les prélèvements sociaux) sur les dividendes, les intérêts et les plus-values mobilières. Les revenus fonciers seraient imposés à 33,3%. Aujourd’hui, tous ces revenus financiers supportent les prélèvements sociaux de 15,5% et sont ensuite soumis à l'impôt selon sa tranche marginale, c’est-à-dire 0% pour les plus bas revenus inférieurs à 9 700 € par an, 14% jusqu’à 26 791 € de revenus annuels, 30% jusqu’à 71 826 €, 41% jusqu’à 152 108 € et 45% pour les revenus les plus élevés.

Pas que des gagnants…

En supposant un taux de prélèvement sociaux inchangé à 15,5%, cela revient à dire que dividendes, intérêts et plus-values seraient imposés à 10,5% (26%-15,5%) hors prélèvement sociaux et que les recettes nettes tirées de l’investissement locatif le seraient à 17,8% (33,3% -15,5%).

Les classes les plus aisées, qui sont imposées aujourd’hui à plus de 40% seraient donc les premières bénéficiaires de ce nouveau système, devant les «classes moyennes» imposées à 30%. En revanche, une personne seule avec par exemple 2 200 € de salaire mensuel, aujourd’hui dans la tranche à 14%, pourrait y perdre un peu sur les revenus d’un bien immobilier mis en location.

Tout dépend aussi de la nature des placements puisque les plus-values sur actions bénéficient par exemple d’abattements pour durée de détention, ce qui rend le calcul plus complexe. Enfin, ceux qui parviennent à échapper à l'impôt grâce aux niches fiscales seraient pénalisés puisque le prélèvement deviendrait forfaitaire.

Arbitrages nécessaires

On comprend en tout cas que cette remise à plat de la fiscalité des placements financiers provoquerait un manque à gagner pour les finances publiques et nécessiterait donc d’autres arbitrages…

Commentaires (6)
  • La censure...
    La censure... posté le 24.08.2016 à 22:27

    Pour comparer avec l'Allemagne…
    Bilan 2007/2012 de Sarkozy :
    - scandales financiers liés aux dépenses de campagne dues à son incapacité de gérer les comptes
    - dette de l’État : de 921 à 1 386 Mds soit +50 %
    - dette publique: de 1221 à 1818 Mds soit +49 % ( 91 % du PIB en 2012, Allemagne 80%)
    - croissance économique 2,3 à 0 % ( Allemagne 2,6 à 0,7%)
    - balance commerciale : -52 à -81,5 Mds soit un déficit supplémentaire de 57 % (Allemagne + 194 à +185 Mds soit – 5 %)
    - chômage : de 8,4 % à 10,2 % ( +21%) (Allemagne 8,7 à 5,5% soit -37 %)

  • iconoclaste
    iconoclasteposté le 24.08.2016 à 20:10

    ETRANGE cette proposition !?.. Réservée aux revenus déjà très confortables ....Revenus moyens , s'abstenir .

  • hmarc1
    hmarc1posté le 24.08.2016 à 16:44

    Des promesses, des promesses jamais tenues.

  • CCA
    CCAposté le 24.08.2016 à 15:57

    Pauvre homme....

  • oscar 123
    oscar 123posté le 24.08.2016 à 19:35

    TU PREFERE L, ACTUEL .GROS BON A RIEN

  • sfrederic2
    sfrederic2posté le 10.09.2016 à 16:24

    par un pour remplacer l'autre, aussi minable l'un que l'autre.