L’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) remplacera finalement l’ISF en 2018

Nouveautés Actu 0

L’ISF sera resserré autour du seul patrimoine immobilier afin d’encourager l’investissement dans la croissance des entreprises...

Sotheby's International Realty

Dans son discours de politique générale prononcé le 4 juillet, le Premier ministre, Edouard Philippe, avait expliqué que la réforme de l’ISF, resserré autour du seul patrimoine immobilier afin d’encourager l’investissement dans la croissance des entreprises, sera votée cette année dans la loi de finances 2018 mais n’entrera en vigueur qu’en 2019.

Revirement politique

Mais Emmanuel Macron a repris les choses en main quelques jours plus tard en maintenant cette réforme pour 2018. A priori, l’ISF (Impôt Sur la Fortune) deviendra donc l’IFI (Impôt sur la Fortune Immobilière) dès l'an prochain.

ISF resserré autour du seul patrimoine immobilier

Il reste toujours à connaître les détails du mode de calcul de cet IFI et la liste précise des placements financiers qui sortiront de l’assiette de calcul. On peut s’interroger par exemple sur la pierre-papier (SCPI) qui est un véhicule d’investissement dans l’immobilier de bureau.

Sachant qu’Emmanuel Macron avait promis durant sa campagne que personne ne verrait son ISF augmenter à cause de sa transformation en IFI, le seuil de déclenchement de l’impôt devrait à priori rester à 1,3 million d’euros avec toujours un abattement de 30% sur la résidence principale et un barème progressif en plusieurs tranches (taux d'imposition s'échelonnant entre 0,5% et 1,5%).

Conséquences sur l’investissement immobilier

A l’arrivée, si certains professionnels de l’immobilier regrettent que cet impôt soit associé dans sa dénomination à la fortune immobilière comme à une rente, cette réforme de l’ISF ne devrait guère pénaliser l’investissement immobilier au sens large. Son influence devrait se limiter à l’immobilier de prestige avec d’éventuels arbitrages entres actifs immobiliers et financiers.

a savoir

Le gouvernement présentera à la rentrée le budget 2018 ainsi qu'une loi de programmation des finances publiques qui portera sur l’ensemble du quinquennat. Les grandes réformes fiscales seront votées cette année mais certaines ne seront engagées que dans les deux années à venir (2018 et 2019).

Commentaires (2)
  • OJF
    OJFposté le 05.07.2017 à 17:57

    La suppression de l'ISF reste et restera l'Arlésienne.

  • blaincourt
    blaincourtposté le 05.07.2017 à 10:29

    Bravo.
    Il faut taxer les rentiers, les biniou35 qui encouragent les déficits et les dettes en achetant de l'emprunt ou planquent leurs économies dans l'immobilier.
    Il faut encourager ceux qui prennent des risques et soutenant les entreprises par les valeurs mobilières.

Impôts
Analyse0

CSG : ce que la déductibilité va changer

La déductibilité du surplus de CSG permettra de réduire l’impôt et donc d’accroître le pouvoir d’achat. Mais cette règle ne vaudra pas pour les revenus du patrimoine et les retraites. Explications…

Lire la suite