Les Français partagés sur de nouvelles baisses d’impôts

Nouveautés Actu 0

Selon un sondage, ils ne sont que 4 sur 10 à penser que cela doit être une priorité pour le gouvernement. Une proportion qui n’a cessé de reculer au cours des derniers mois.

Reuters

François Hollande veut baisser les impôts des ménages en 2017. Le président de la République l’a redit en début de semaine. Le mouvement initié après le « ras-le-bol » fiscal de 2013-2014 se poursuivra donc l’an prochain… si l’Etat a des marges de manœuvres.

Alors que les solutions en la matière sont nombreuses, le chef de l’Etat a indiqué que des précisions seraient données au cours de l’été.

Ceci étant, les Français sont relativement partagés face à cette perspective. Interrogés par OpinionWay dans le cadre de la question de l’éco Tilder-LCI, ils sont 43% à répondre que cela ne doit pas être la priorité du gouvernement dans les mois à venir.

Ainsi, les opposants à une nouvelle baisse des impôts sont légèrement plus nombreux ceux qui en font une question prioritaire (42%). Parmi les électeurs qui ont voté pour Nicolas Sarkozy en 2012, les défenseurs d’une baisse d’impôt ne sont même que 37% (contre 43% côté François Hollande). Les seniors sont par ailleurs moins favorables à cette idée (35%) que les jeunes (52% chez les 18-24 ans).

Enfin, il apparaît surtout qu’à l’approche de l’échéance présidentielle de 2017, la question fiscale perd du poids. A titre de comparaison, les baisses d’impôts étaient jugées prioritaires par 51% des Français il y a un an et par 58% d’entre eux au printemps 2014.

Et pour les sociétés ?

Les entreprises doivent-elles également bénéficier de nouveaux allègements fiscaux ? Les Français sont catégoriques sur le sujet. Ils ne sont que 14% à considérer que baisser les impôts des entreprises doit être une priorité.

Commentaires
Impôts
Analyse0

Taxation de l’assurance-vie : les projets se précisent !

Si François Fillon et Benoît Hamon ne souhaitent rien changer, Emmanuel Macron envisage bien de soumettre l’assurance-vie à un taux unique de 30%... mais uniquement pour les encours de plus de 150.000 euros

Lire la suite