Un mauvais DPE peut dévaloriser un bien immobilier de 30%

Tendance Actu 0

Une étude présentée lors d’un débat organisé par l’association Equilibre des énergies conclut qu’à l’inverse une bonne étiquette énergétique est en mesure de produire une plus-value

Barnes

DPE. Depuis quelques années, les Français ont appris à intégrer ces trois lettres lors de transactions immobilières. Etabli selon 7 classes (de A à G) et servant à déterminer l’empreinte environnementale d’un bien immobilier, le Diagnostic de performance énergétique est même devenu un critère de choix pour de nombreux acquéreurs.

L’étude menée par Dinamic et présentée la semaine passée lors d’un débat organisé par l’association Equilibre des énergies (Eden) devrait en tout cas rassurer ceux pour qui le DPE est essentiel. Ce travail conclut en effet que l’étiquette énergétique a désormais une véritable influence sur la valeur des biens immobiliers.

De -28% à +27%

L’enquête s’est plus particulièrement intéressée aux maisons en mesurant à partir de statistiques de transactions l’effet du DPE sur le prix « toutes choses égales par ailleurs ». Or, les résultats sont pour le moins spectaculaires.

En considérant qu’un bien neutre a une étiquette D, il apparaît notamment qu’une maison classée en catégorie G subit une moins-value qui peut atteindre 28% dans certaines régions, la plus forte valeur étant atteinte en Aquitaine. A l’inverse des biens classés A ou B bénéficient d’une plus-value évaluée à 14% sur le pourtour méditerranéen et de 26% à 27% sur la façade atlantique.

Impact du DPE sur la valeur des maisons
Source : Dinamic, Eden
Plus-value ou moins-value
Ajusqu'à +27%
Bjusqu'à +27%
Cjusqu'à +15%
Dneutre
Ejusqu'à -16%
Fjusqu'à -22%
Gjusqu'à -28%

Les zones les plus sensibles à l’étiquette énergétique sont l’ouest du pays et le nord. L’effet apparaît en revanche moins important dans le quart nord-est de la France, avec des écarts presque nuls selon le DPE.

Le mode de calcul du DPE pointé du doigt

Bien entendu ces premiers résultats sont à prendre avec précaution. L’association Eden reconnaît que la base est d’autant plus restreinte qu’elle n’intègre pas encore l’Ile-de-France. Mais elle promet une nouvelle étude pour l’été prochain avec un échantillon plus vaste puisque les notaires sont depuis 2014 obligés de renseigner la variable verte dans les bases de données.

En tout cas, cela permet déjà à l’association de pointer l’importance de la valeur verte et d’égratigner au passage la méthode de calcul du DPE. Elle regrette en effet que le raisonnement en énergie primaire pénalise les logements chauffés à l’électricité et demande une révision du DPE pour qu’il prenne en compte le prix de l’énergie finale réglé par l’occupant.

Commentaires
Immobilier
Fiche Pratique0

Changement d’assurance emprunteur : mode d’emploi

A partir du 1er janvier 2018, toutes les personnes qui détiennent un crédit immobilier pourront changer d’assurance en cours de prêt à chaque date anniversaire du contrat...

Lire la suite