Les taux immobiliers sont stables mais avec des différences importantes entre banques

Crédit Actu 0

En juillet, on emprunte toujours en moyenne autour de 1,25% sur 10 ans, 1,55% sur 15 ans, 1,75% sur 20 ans et 1,9% sur 25 ans.

Boursier.com

Les taux d’emprunts immobiliers ne connaissent pas souvent de variations durant l’été. Ce mois de juillet n’échappe pas à la règle avec des moyennes globalement stables communiquées par les courtiers. Certaines banques ont procédé à quelques augmentations par rapport à juin pendant que d’autres ont minoré leurs barèmes.

Un été propice aux achats

A l’arrivée, on emprunte toujours en moyenne autour de 1,25% sur 10 ans, 1,55% sur 15 ans, 1,75% sur 20 ans et 1,9% sur 25 ans. Pour les meilleurs dossiers, les courtiers parviennent à descendre jusqu’à 1% sur 15 ans, 1,2% sur 20 ans et 1,5% sur 25 ans. Des taux qui restent donc très attractifs et à peine supérieurs de 0,2% à 0,3% aux records observés en novembre 2016. Cela reste une bonne nouvelle pour tous ceux qui ont un projet immobilier cet été, ces taux étant appelés à se maintenir au moins jusqu’à la rentrée.

«Dans le courant de l’été, nous parions sur des taux stables et peut-être quelques hausses ici ou là, notamment dans les établissements bancaires un peu engorgés qui pourraient remonter légèrement leurs taux afin d’éviter une trop forte demande. Cependant rien de généralisé et rien de très élevé, car les banques continuent et continueront de mettre l’accent sur le crédit immobilier pour capter une nouvelle clientèle», analyse Maël Bernier pour le courtier Meilleurtaux.

Des différences importantes d’une banque à l’autre

S’il n’y a donc pas de mouvement majeur sur les taux, le courtier Vousfinancer souligne des différences importantes d’une banque à l’autre, en fonction des stratégies propres à chaque établissement. Certaines acceptent par ailleurs de financer des dossiers sans apport, mais en appliquant une hausse de taux de 0,10%. D’autres accordent encore des taux plus bas à ceux qui font racheter leur crédit (-0,10%) alors que dans une autre banque, au contraire, ceux qui renégocient leur prêt sont pénalisés de 0,25% au profit des vrais acheteurs. «Dans ce contexte il est important de mettre en concurrence les banques car à ce stade de l’année, chacune à sa propre stratégie et ses propres contraintes en terme de marges», explique Jérôme Robin, directeur général de Vousfinancer.

Même conseil chez Meilleurtaux : «Si vous avez un projet immobilier à concrétiser durant l’été, faites plus que jamais le tour des établissements en les mettant en concurrence car toutes ne seront pas disposées à faire les mêmes efforts et les délais de traitement pourraient être différents d’un établissement à l’autre» recommande Maël Bernier.

Rendez-vous en septembre

En septembre, on peut par contre craindre que le mouvement de remontée ne reprenne. Les OAT 10 ans, qui reflètent le coût de refinancement des banques, viennent en effet de remonter au-dessus de 0,8% après une accalmie à 0,6% en juin. Mais ce sera avant tout la production de crédits des banques face à leurs objectifs commerciaux qui influencera les taux à la rentrée. «Les signaux actuels restent faibles et n'apportent en aucun cas la garantie que les taux se maintiendront en septembre. En effet, nous sommes toujours sur des mouvements liés à l'atteinte des objectifs (ou pas). Et cela conditionnera encore les évolutions à la rentrée», résume Cécile Roquelaure, directrice des études d'Empruntis.

Taux des emprunts immobiliers en juillet 2017
L'Argent&Vous d'après les barèmes des courtiers
Durée d'emprunt10 ans15 ans20 ans25 ans
Taux moyen1,25%1,55%1,75%1,9%
Taux minimum pour les meilleurs profils0,8%1%1,2%1,5%
Commentaires
Immobilier
Actu0

Le gouvernement entretient le flou sur le Pinel

Le ministre de la Cohésion des territoires n’est pas favorable à un arrêt brutal du dispositif Pinel en 2018. Mais il ne dévoile pas pour autant ses projets.

Lire la suite