Les taux des emprunts immobiliers ont commencé à remonter

Crédit Actu 0

Pas de panique, même si les records sont derrière nous et qu’une hausse généralisée se profile, les taux devraient rester encore très bas dans les prochains mois...

Reuters

Cette fois c’est la bonne, les banques ont commencé ces derniers jours à rehausser leurs taux immobiliers. Sans surprise, ce mouvement fait suite à la flambée des taux obligataires qui déterminent en partie les taux de refinancements bancaires. En France, les taux à 10 ans (OAT) viennent ainsi de se stabiliser entre 0,7% et 0,8% contre 0,45% avant l’élection de Trump et le retour des anticipations inflationnistes. Des OAT 10 ans qui avaient touché leur plus bas historique fin septembre 2016 autour de 0,1%.

Il est donc assez logique que les banques répercutent cette remontée des taux longs après de longs mois de baisse de leurs barèmes de taux immobiliers qui ont reculé d’environ 1% cette année. Les banques bénéficient quand même toujours de taux courts proches de 0, garantis en quelque sorte par la politique monétaire de la BCE tant que l’inflation n’est pas de retour (il n’y a pas de candidat Trump chez nous !).

Premières hausses

Concrètement, le courtier Credixia signale une première banque à avoir relevé ses taux dès la semaine dernière dans des proportions significatives : +0,30% sur toutes les durées. Cette semaine, une seconde banque réajustait ses barèmes plus modestement : entre +0,05% et +0,20% selon le profil de l'emprunteur et la durée du prêt. Credixia souligne d’ailleurs que les emprunteurs dont les revenus annuels sont inférieurs à 30 000 euros enregistrent la plus forte hausse de taux,  soit +0,20% sur une durée de 20 ans.

OAT à suivre

Le courtier Vousfinancer.com signale des mouvements comparables et estime que d’autres établissements bancaires devraient suivre dans les prochains jours avec des hausses effectives début décembre. «S’il est indéniable qu’en décembre on devrait assister à un mouvement global de remontée des taux de crédit chez la plupart de nos partenaires bancaires, cette hausse pourrait n’être que limitée dans le temps», tempère Vousfinancer.com. Le courtier rappelle en effet les objectifs commerciaux élevés des banques pour 2017 (équivalents à 2016) et leur volonté de maintenir des taux attractifs. Si les tensions sur les taux d’emprunt d’Etat venaient à s’assagir, le courtier évoque même la possibilité de voir les taux bancaires repartir à la baisse au printemps, période clé pour les transactions immobilières…

Pas de panique

Pas de panique donc, même si les records sont derrière nous et qu’une hausse généralisée se profile, les taux devraient rester encore très bas dans les prochains mois, probablement inférieurs à 2% en moyenne sur 20 ans. Avec le mouvement de hausse à venir, les renégociations risquent cependant de devenir moins faciles à obtenir.

Commentaires
Immobilier
Fiche Pratique0

Prêts immobiliers : tout savoir sur le différé

Dans certains cas, le remboursement du capital peut débuter plusieurs mois après le déblocage des fonds. On parle alors de différé d’amortissement. Explications…

Lire la suite