Les écarts de prix se creusent en fonction de l’attractivité des territoires

Tendance Actu 0

MeilleursAgents.com met en lumière les difficultés rencontrées par de nombreuses villes moyennes comme Le Havre, Perpignan ou Saint-Etienne.

EPA ORSA

Pour décrire le marché immobilier français, on a l’habitude de distinguer plusieurs grandes catégories : les grandes agglomérations, les stations balnéaires et les zones rurales.  Or même parmi les grandes agglomérations, on observe de plus en plus un marché à plusieurs vitesses.

Il y a Bordeaux et sa flambée des prix qui fait l’actualité depuis des mois, en particulier aujourd’hui avec l’ouverture de la ligne grande vitesse vers Paris. Il y a Paris, un marché à part où les prix ont franchi de nouveau records autour de 8 800 € le m² en moyenne, ce qui rend l’accès à la propriété toujours plus élitiste. Il y a des villes comme Lyon et Nantes qui se démarquent par leur dynamisme, avec des prix là aussi nettement orientée à la hausse. Mais il y a aussi des villes comme Marseille, Toulouse, Lille et Montpellier où les prix ne connaissent pas d’importantes variations de prix depuis un an (en légère hausse globalement).

Des marchés en panne

Dans sa dernière analyse des prix immobiliers, MeilleursAgents.com met aussi en lumière les difficultés rencontrées par de nombreuses villes moyennes et petites. «A l’image de villes comme Le Havre, Perpignan, Saint-Etienne et bien d’autres en zones péri-urbaines et rurales, ces marchés immobiliers sont encore en panne avec des volumes de transactions très faibles et des prix toujours orientés à la baisse», explique le dirigeant de MeilleursAgents, Sébastien de Lafond. Comme ailleurs, ces situations témoignent d’écarts de dynamismes économiques entre les différents territoires et villes.

L’enjeu des nouveaux territoires

Pourtant, une bonne partie des candidats à l’acquisition semblent prêts à s’orienter vers ces territoires, à  condition qu’ils fassent émerger des bassins d’emplois, apportent une amélioration du cadre de vie, conservent un bon réseau de commerces et d’infrastructures de transport et surtout permettent une attractivité des prix de l’immobilier. Cela semble tout l’enjeu du nouveau ministère de la cohésion des territoires qui intègre désormais l'aménagement du territoire, le dialogue avec les collectivités locales, la ville et le logement.

Evolution des prix dans les grandes agglomérations
Source : MeilleursAgents.com
VillesDepuis janvier 2017Depuis 1 an
Paris+5,6%+8%
Lyon+2,6%+7,5%
Marseille+2,3%+2,5%
Nice+2,7%+4%
Toulouse+0,8%+1,5%
Lille-0,2%+1,2%
Bordeaux+9,7%+12,2%
Montpellier-0,7%-1,1%
Nantes+3,5%+6,2%
Strasbourg+4,6%+6,8%
Commentaires
Immobilier
Actu0

Le marché de la maison neuve ralentit déjà

Les constructeurs de maisons s’inquiètent du rabotage du Prêt à Taux Zéro (PTZ) car leurs clients sont souvent des primo-accédants situés en périphérie des zones urbaines

Lire la suite