La fête des taux sur les emprunts immobiliers semble toucher à sa fin

Tendance Actu 0

Les baisses se font plus rares en octobre d’après les premiers barèmes reçus par les courtiers…

Reuters

Après 9 mois de baisse ininterrompue des taux d’intérêt sur les emprunts immobiliers et alors que l’année 2016 touche à sa fin pour les objectifs commerciaux des banques, le mouvement semble cette fois s’essouffler. Les premiers barèmes reçus par les courtiers pour octobre montrent en effet pas mal de stabilité même si quelques baisses sont encore à signaler en fonction des profils et des durées.

Phase de stabilisation

«Pour octobre les taux restent très bas mais ne devraient pas reculer encore significativement. Très peu de banques ont envoyé de nouveaux barèmes. On assiste à quelques baisses en régions mais les grandes banques nationales ne devraient pas modifier leurs taux affichés», explique Sandrine Allonier, Directrice des Relations Banques de Vousfinancer.com. D’après elle, les taux devraient plutôt entrer dans une phase de stabilisation à un niveau très bas avec des taux moyens  de 1,2% sur 15 ans, 1,5% sur 20 ans et 1,8% sur 25 ans. Compte tenu des nombreuses demandes de renégociations, les banques doivent cependant rester très compétitives pour capter des clients et gagner des parts de marché sur leurs concurrents.

Le courtier Emprunt Direct note que les banques ont été plus offensives ce mois-ci sur les maturités de prêt égales ou supérieures à 20 ans, souvent prisées par les primo-accédants. Inversement, les baisses ont été plus limitées sur les durées courtes et les dossiers sur 10 ou 15 ans affichent des taux stables ou en repli limité de 0,05%, excepté pour les emprunteurs disposant d’un excellent dossier sur 15 ans qui peuvent obtenir jusqu’à 0,9%.

Des inconnues sur 2017

CAFPI parle quand même de nouveaux records en octobre avec pour ses meilleurs dossiers 0,65% sur 10 ans, 0,9% sur 15 ans, 1% sur 20 ans et 1,25% sur 25 ans. Mais pour Philippe Taboret, Directeur Général Adjoint de CAFPI, il faut en profiter car si l’année 2016 devrait se terminer sous les meilleurs auspices, 2017 reste un grand point d’interrogation. «D’un côté, la Banque Centrale américaine pourrait remonter ses taux, de l’autre la Banque de France a entamé des discussions pour modifier le taux d’usure, avec comme objectif de créer des taux différents pour les prêts sur moins de 10 ans, les prêts entre 10 et 20 ans, et ceux de plus de 20 ans». La conséquence d’une telle mesure serait selon Philippe Taboret une remontée des taux sur les durées les plus longues.

En résumé, Philippe Taboret estime que la fête des taux va s'arrêter, ni brutalement ni immédiatement. Sachant que le principal indicateur du refinancement bancaire, le taux des OAT 10 ans, est déjà proche de 0 (0,2% cette semaine), il semble en effet inévitable qu'on soit en train d’atteindre  un niveau  de taux en dessous duquel le système bancaire n'ira pas.

Commentaires (1)
  • bob-watt
    bob-wattposté le 22.10.2016 à 10:48

    Je croyais que madame SOLEIL n'était plus de ce monde !!!!!

Immobilier
Fiche Pratique0

Prêt viager hypothécaire : la solution de secours

Même s’il est généralement coûteux, le prêt viager hypothécaire peut constituer une source de financement pour les propriétaires souhaitant obtenir des liquidités

Lire la suite