Avec la chute des taux, les prix de l’immobilier remontent un peu partout

Tendance Actu 0

D’après les promesses de vente signées par ses agences immobilières partenaires, MeilleursAgents observe une hausse des prix dans la plupart des grandes villes françaises, notamment à Lyon (+3,5%), Bordeaux (+2,9%) et Paris (+2,7%).

Maisons France Confort

MeilleursAgents.com, spécialiste de la mise en relation entre particuliers et agences immobilières, constate que les prix de l’immobilier ancien continuent de monter presque partout sous l’effet mécanique de la baisse des taux d’emprunt. Encore orientés à la baisse en septembre, les taux ont perdu environ 0,8% depuis le début de l’année, passant d’une moyenne de 2,5% sur 20 ans à 1,7% aujourd’hui. En quelques mois, les acheteurs solvables ont ainsi vu leur pouvoir d’achat augmenter de 8% grâce aux taux.

Forte hausse à Lyon, Bordeaux et Paris

D’après les promesses de vente signées par ses agences immobilières partenaires, MeilleursAgents observe depuis le début de l’année une hausse des prix dans la plupart des grandes villes françaises, notamment à Lyon (+3,5%), Bordeaux (+2,9%) et Paris (+2,7%). Même à Nantes qui avait beaucoup progressé l’an dernier, les prix continuent à monter (+2,2%). Deux baisses significatives sont quand même observées à Strasbourg (-3%) et Marseille (-1,1%), des destinations qui manquent toujours d’attractivité.

Manne partagée

Face à cette évolution des prix, le Président fondateur de MeilleursAgents, Sébastien de Lafond, estime que la manne du crédit moins cher est globalement partagée entre acheteurs et vendeurs. Dans les zones les plus tendues, les vendeurs en profitent davantage en augmentant plus facilement leurs prix. Sébastien de Lafond ne serait d’ailleurs pas étonné de voir Paris finir l’année avec des prix en hausse de 4%. Cela marquerait le retour de la hausse dans la capitale après 5 années de tassement des prix suite au pic de 2011. Là où les prix sont stables, ce sont bien sûr les acheteurs qui profitent à plein de la baisse des taux.

La fluidité ne fait pas la santé

Mais sans cette baisse massive des taux, Sébastien de Lafond pense que les prix auraient baissé partout et que les volumes de transactions n’auraient pas progressé. Surtout que la perfusion du marché par les taux bas est renforcée par le Prêt à Taux Zéro et les incitations fiscales (Pinel) qui profitent principalement à la construction neuve. Si le marché immobilier français retrouve aujourd’hui une bonne fluidité avec près de 3 ventes par an pour 100 ménages, ses moteurs fondamentaux que sont la santé démographique, la croissance économique et l'emploi, l'amélioration du cadre de vie et des infrastructures, manquent encore souvent à l’appel selon les villes et ne justifient pas une bonne santé. Ce sont pourtant ces facteurs qui conditionnent l’évolution du marché immobilier sur le long terme. Avec un potentiel de poursuite de baisse des taux qui semble aujourd’hui quasiment épuisé compte tenu des frais incompressibles supportés par les banques, ces critères fondamentaux ne doivent jamais être oubliés et peuvent servir à guider le choix géographique des acheteurs.

Evolution des prix dans les grandes agglomérations
MeilleursAgents.com
Villes20142015Depuis janvier 2016Depuis 15 ans
Paris-2,8%-1,9%+2,7%+144%
Lyon-2,1%-1,5%+3,5%+164%
Marseille-3,8%-2,3%-1,1%+93%
Nice-2,5%-1,3%-1,1%+149%
Toulouse-0,6%-0,5%+0,5%+149%
Lille+0,2%-3,7%+0,6%+156%
Bordeaux-0,3%+0,8%+2,9%+204%
Montpellier-2,4%+0,5%+0,4%+159%
Nantes-0,1%+3,2%+2,2%+127%
Strasbourg-0,1%-1,9%-3%+84%
Commentaires