« Le diamant est une valeur refuge peu volatile »

Alternatives Interview 0

Henry Blazy, responsable des ventes chez Euro-Diamants.com

Reuters

Quels sont les atouts du diamant en matière de placement ?

Je tiens tout d’abord à rappeler que le diamant n’est pas un produit d’investissement standard à l’inverse d’un livret, d’un PEL ou d’une action. Le diamant est un investissement atypique, qui doit s’envisager à moyen-long terme.

L’intérêt du diamant réside avant tout dans la structure de son marché. Il est une valeur refuge, comme l’or, mais contrairement au métal jaune, ses prix sont peu volatils. On estime qu’environ 20% des transactions sur l’or sont des investissements spéculatifs, d’où de fortes variations de prix. Cela a été le cas après la crise de 2008. Beaucoup d’investisseurs se sont tournés vers l’or. Mais à la reprise, les prix de l’or de sont effondrés.

Les prix des diamants se sont en revanche maintenus après 2008, car l’investissement représente ici moins de 5% du marché. Il s’agit à 95% d’un marché de consommation.

Quels sont les critères à regarder pour investir dans le diamant ?

Contrairement à la plupart des produits d’investissement, chaque diamant est unique. Pour en estimer la valeur, il existe quatre grands critères, appelés les 4C : la couleur, la pureté (clarity en anglais), le carat et la taille (cut en anglais).

A eux seuls, ces quatre éléments déterminent 90% de la valeur d’une pierre. Il existe des tableaux de cotation en fonction de ces critères. Afin d’évaluer leurs diamants, nos clients ont bien entendu accès à ces données, autrefois réservées aux professionnels.

Comment les prix ont-ils évolué au cours des dernières années ?

A partir d’indices du secteur, nous avons établi une courbe qui retrace l’évolution moyenne des prix pour les diamants de 0,5 à 2 carats. Entre une demande toujours soutenue et des réserves qui arrivent à épuisement, les prix ont en moyenne augmenté de 6% par an depuis 5 ans. Certaines pierres ont même dépassé les 10% par an.

Comment se passe le processus d’investissement au travers de votre plateforme Euro-Diamants.com?

Après avoir ouvert un compte, l’investisseur a accès à un catalogue de pierres certifiées disponibles à la vente. Une fois la sélection faite, il suffit de signer en ligne le contrat d’achat. Un message est ensuite adressé par e-mail avec le RIB de la société. La propriété des pierres est transférée dès réception du paiement.

L’investisseur a deux options. Nous pouvons stocker les pierres au port franc de Genève. Il est également possible de se faire livrer avec un supplément de frais. Dans ce dernier cas, il faut alors régler la TVA (incluse dans le prix global).

Quels sont vos frais de transaction ?

Pour les comptes standards, de moins de 50.000 euros, nous appliquons des frais de transaction de 2%. Ils ne sont facturés qu’à l’achat. Les frais de stockage s’élèvent quant à eux à 1% par an. Ils sont à régler en début d’année et font l’objet d’un remboursement au prorata lorsque les pierres sont cédées.

Quelles garanties offrez-vous à vos clients ?

Nous sommes assurés auprès de la Lloyd. Nous plaçons dans chacun de nos coffres jusqu’à 2 millions d’euros de valeurs, ce qui correspond à notre plafond de garantie.

Je rappelle également que les pierres qui nous confiées restent la propriété des investisseurs. Elles ne pourraient donc pas être saisies en cas de défaillance de la société.

Quel est le ticket minimal pour investir chez Euro-Diamants.com ?

Nous ne traitons pas les pierres de moins de 0,5 carat. Dans ces conditions, les pièces les moins chères débutent à 2.200 euros.

Et concernant les gros clients ?

Nous avons plusieurs investisseurs au-delà de 100.000 euros, en sachant que les plus belles pièces proposées peuvent monter à 60.000 euros. D’une manière plus large, notre volume de transactions a été de 3 millions d’euros sur le dernier trimestre.

Comment se passe la revente ?

Nous proposons un service de revente sur notre site et intervenons alors comme intermédiaire de confiance entre l’acheteur et le vendeur. Mais les investisseurs ne sont absolument pas contraints de vendre via notre plateforme.

La fiscalité est aussi à prendre en compte en matière de diamants. Quelle est la taxation à la vente ?

Nous sommes dans le cadre fiscal des bijoux. Le vendeur peut choisir la taxe de 5,5% sur le montant de la vente ou l’imposition sur la plus-value. Cette dernière est alors taxée à 34,5%, avec une franchise de 5.000 euros et une exonération après 12 ans.

Il faut surtout retenir que les pierres de moins de 5.000 euros ne sont pas imposées à la revente. En cas d’investissement important, il peut donc se révéler intéressant d’acheter plusieurs pierres qui vaudront moins de 5.000 euros à terme. Cette stratégie, mise à profit par certains de nos clients explique que 80% de nos volumes concernent des « petites » pierres. La seule condition pour ne pas être redressé par le fisc est de revendre les pierres à des personnes différentes.

Les plus gros diamants ne peuvent bénéficier de ce cadre mais ont en retour un meilleur potentiel de revalorisation.

Commentaires (2)
  • nemosus
    nemosusposté le 16.11.2015 à 14:37

    Qaund un professionnel (qui est dons intéressé à ce marché) vous dit d'acheter c'est qu'il faut vendre !
    Souvenez vous de l'or à 10.000 $ l'once et du pétrole à 250 $ !
    Chacun sait (ou devrait savoir) que le cours du diamant est en chute libre.
    Maintenant, chacune st libre de faire ce qu'il veut de son argent...

  • nemosus
    nemosusposté le 16.11.2015 à 14:29

    Qua