Qu’est-ce qu’une épargne de précaution ?

Tendance Fiche Pratique 0

Contrairement à une épargne de long terme, l’épargne de précaution doit permettre de faire face aux imprévus. La disponibilité est ici le maître-mot. Explications.

Reuters

L’épargne au sens large répond à plusieurs objectifs. Elle peut par exemple être à long terme en vue de la retraite. On entend également souvent parler d’épargne « de précaution ». Mais quelle en est la signification exacte ?

Comme son nom l’indique, l’épargne de précaution a un but principal : prévenir les coups durs, c’est-à-dire les aléas de la vie (maladie, inactivité passagère, panne d’un véhicule, réparations dans un bien immobilier…)

Horizon d’épargne

Par principe, une épargne de précaution doit être immédiatement mobilisable. Il serait ici inutile, voire contradictoire, de s’engager sur des supports à moyen-long terme, comme l’assurance-vie ou l’immobilier.

Si les fonds doivent avant tout rester disponibles, l'épargnant doit également penser à sécuriser son capital. L’éventualité d’une sortie à tout moment n’autorise pas vraiment la prise de risque.

N’imposant ni contraintes, ni frais, les livrets font ici figure de produits parfaitement adaptés.

Rémunération

Ne pouvant pas prendre de risque ou bloquer ses fonds, l’épargnant ne peut évidemment pas espérer gagner beaucoup avec son épargne de précaution.

Mais, contrairement à un placement à long terme, le rendement ne constitue pas ici une priorité. En isolant son argent sur un support dédié, l’épargnant écarte surtout la tentation de dépenser les sommes en question.

La rémunération offerte n’a alors qu’un seul intérêt : protéger le capital de l’inflation, c’est-à-dire éviter une perte de pouvoir d’achat de l’épargne au fil du temps. L’idée est donc d’obtenir un taux réel positif, autrement dit un taux supérieur à l’inflation.

Combien faut-il mettre de côté ?

La question de l’effort d’épargne dépend bien évidemment de la situation de chacun, c’est-à-dire de sa capacité d’épargne et du niveau à partir duquel le bas de laine sera jugé suffisant.

Cela peut aller de quelques centaines à quelques milliers d’euros selon les ménages. En tout cas, les plafonds du Livret A (22.950 euros) et du LDD (12.000 euros) donnent de la marge.

Commentaires
Epargne
Actu0

PEA, PEE : une bonne nouvelle pour les épargnants

Dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale, le gouvernement a finalement fait marche arrière sur la question des taux historiques de CSG. Explications…

Lire la suite