Investissement : qu'est-ce qu'un « Spac » ?

Alternatives Fiche Pratique 0

Peu connues en France, ces structures permettent au public d’accéder au monde du private equity via la Bourse. Xavier Niel et Matthieu Pigasse viennent d’en lancer une, baptisée Mediawan

Reuters

Spac. Cet acronyme peu connu en France pourrait bien agiter le marché dans les prochains mois. Xavier Niel (le patron de Free), Matthieu Pigasse et Pierre-Antoine Capton (fondateur de Troisième Œil Productions) viennent de lancer leur Spac, baptisé Mediawan. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

Le terme Spac désigne un « special purpose acquisition company », c’est-à-dire une société dédiée spécifiquement à une acquisition.

Fonctionnement

Concrètement, un Spac est une structure cotée en Bourse dans le but de faire une acquisition. Au moment de sa cotation, elle n’est donc qu’une coquille vide. Contrairement à une introduction en Bourse classique, les fonds recueillis auprès du public ne sont pas attribué à un projet précis (financement de matériel, remboursement de dettes...). Dans un Spac, les fonds levés sont conservés sous forme de cash en vue de financer ultérieurement l’acquisition en question.

Dans le cas de Mediawan, les fondateurs indiquent vouloir réaliser une ou plusieurs acquisitions. Pour y parvenir, Mediawan lèvera entre 250 et 300 millions d'euros, avant d'être cotée sur le compartiment professionnel d'Euronext Paris.

Historique

Apparus dans les années 1990 aux Etats-Unis, les Spac ont connu un regain d’intérêt au début des années 2000. Bien implantés outre-Atlantique, ils ont aussi fait leur apparition en Europe en 2007. En revanche, ils restent peu connus du public en France. D’ailleurs, lorsque le groupe Wendel a choisi de lever 200 millions d’euros par ce moyen en 2010 (Helikos), il s’est tourné vers Francfort.

Acquisition

Bien entendu, attirer les investisseurs sur une simple promesse n’est pas chose aisée. Pour convaincre le public, les Spac doivent respecter quelques règles de fonctionnement. Lors de l’introduction en Bourse, les investisseurs connaissent donc les principaux critères de l’acquisition visée : secteur d’activité, taille indicative de l’opération, ratios de rentabilité souhaités... Comme son nom l'indique, Mediawan vise le secteur des médias et du divertissement, au travers d'entité présentant un fort potentiel de création de valeur.

Les Spac s’engagent aussi sur un horizon pour réaliser l’acquisition. Passé ce délai, si aucune opération n’a été engagée, les fonds récoltés sont reversés aux investisseurs. Mediawan devra réaliser sa première acquisition dans les 24 mois et avoir employé au moins 75% des fonds levés.

Intérêts des Spac

Le principal intérêt des Spac est de permettre au public de réaliser des opérations de private equity (non coté) en passant par la Bourse. Les investisseurs bénéficient ainsi de toutes les garanties offertes par les sociétés cotées (notamment en termes de réglementation et d’information) et peuvent par la suite échanger facilement des titres.

L’autre grand avantage des Spac concerne leur capacité à agir vite. Disposant d’importantes réserves de cash une fois introduits en Bourse, ils peuvent saisir rapidement des opportunités... beaucoup plus vite en tout cas que s’il fallait réaliser une levée de fonds après avoir identifié la cible.

Inconvénients des Spac

En investissant dans un Spac, le souscripteur achète avant tout une promesse, avec toutes les incertitudes que cela comporte. Même si les actionnaires sont traditionnellement consultés au moment de réaliser l'acquisition, la visibilité sur cette acquisition à venir est faible au moment de l’introduction.

L’expérience et la renommée de l’équipe de management sont donc primordiales dans ce domaine. On peut penser en tout cas que les noms de Xavier Niel et de Matthieu Pigasse constitueront des arguments de poids.

Reste qu’un management de qualité a aussi un coût. Les investisseurs ne doivent donc pas négliger la dilution causée par les rémunérations en titres promises aux équipes dirigeantes.

Commentaires (1)
Epargne
Actu0

PEA, PEE : une bonne nouvelle pour les épargnants

Dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale, le gouvernement a finalement fait marche arrière sur la question des taux historiques de CSG. Explications…

Lire la suite