Assurance-vie : la clientèle aisée concentre la moitié des encours

Assurance-Vie Fiche Pratique 0

L’analyse de Facts & Figures montre que le contrat moyen de la clientèle grand public dispose de 18.800 euros. Un chiffre qui grimpe à 200.000 euros pour la clientèle très haut de gamme.

54 millions de contrats et quelque 1.600 milliards d’euros d’encours. Telles sont les données clés de l’assurance-vie en France. Mais comment se répartit exactement cette épargne ? L’analyse menée par Facts & Figures permet d’en savoir un peu plus sur la question.

Pas d’épargne pour 23% des ménages

Le cabinet d’analyse note déjà qu’un peu plus de 8,7 millions de foyers sont dans l’incapacité d’épargner. Ainsi, 23,5% des 37,2 millions de foyers fiscaux du pays ne disposent pas de contrats d’assurance-vie (ou quasiment pas).

Les encours de l’assurance-vie sont donc dans leur ensemble détenus par un peu plus de 75% de la population.

Clientèle standard

Pour les assureurs, l’essentiel du marché est constitué par la clientèle grand public. Pour Facts & Figures, il s’agit de celle qui gagne jusqu’à 50.000 euros par an. Représentant 66% de la population, elle détient 44,5 millions de contrats (soit 82% du total) et a la main sur la moitié des encours.

L’encours moyen de cette clientèle standard s’élève à 18.800 euros. Un chiffre qui a progressé de 11% en 4 ans.

Il est aussi à noter que cette catégorie investit de plus en plus dans les unités de comptes. Depuis 2012, la part d’UC dans le chiffre d’affaires qu’elle génère est passée de 9,9% à 19,7%.

Clientèle patrimoniale

Un cran au-dessus se situe la clientèle qualifiée de patrimoniale. On y trouve les foyers soumis à l’ISF ainsi que ceux qui ne sont pas imposés sur la fortune mais qui dispose de revenus confortables (plus de 50.000 euros) et d’une bonne capacité d’épargne.

Représentant 10% de la population, ces épargnants ont en moyenne 2,3 contrats par foyers (contre 1,8 dans la catégorie inférieure).

L’encours moyen fait ici un bond en avant puisqu’il approche des 66.000 euros. Ainsi, la clientèle patrimoniale concentre 39% des encours globaux de l’assurance-vie.

Soulignons par ailleurs que l’épargnant patrimonial a représenté une très grosse partie de l’activité du secteur en 2016. Il a en effet été à l’origine de 49% de la collecte nette, contre seulement 3% pour la clientèle standard.

Gestion privée

Vient enfin le monde la gestion privée (au-delà de 500.000 euros de revenus). La population devient ici élitiste avec seulement 18.200 foyers, soit 0,05% de la population. Mais à elle seule, cette catégorie représente 11% des encours de l’assurance-vie.

L’assurance-vie devient ici un véritable outil de gestion patrimonial. Pour preuve, le contrat moyen s’élève à près de 200.000 euros et chacun des foyers en question dispose en moyenne de plus de 9 millions d’euros placés en assurance-vie.

Un marché concentré

Ces chiffres témoignent de la concentration du marché de l’assurance-vie. Les catégories « patrimoniale » et « gestion privée » représentent à peine plus de 10% de la population. Mais à elles seules, elles regroupent la moitié des encours et ont été à l’origine de 97% de la collecte nette en 2016.

Commentaires
Epargne
Actu0

Les encours du Livret A continuent d’augmenter

En ajoutant le Livret de développement durable et solidaire, les français disposent de 373,5 milliards d’euros sur ces deux livrets d’épargne non fiscalisés.

Lire la suite
Epargne
Fiche Pratique0

Préparation de la retraite : Perp ou assurance-vie ?

Ces deux produits d’épargne peuvent être mis à profit pour préparer sa retraite. Et du fait de leurs particularités, ils peuvent répondre à des problématiques différentes.

Lire la suite