Une double raison d’ouvrir un PEL avant la fin de l’année !

Tendance Analyse 0

Le gouvernement a programmé l’arrêt de la prime d’État au moment de la transformation d’un plan épargne logement en emprunt immobilier pour les PEL ouverts à partir du 1er janvier 2018…

iStock

Dans son projet de loi de finances 2018, le gouvernement a programmé l’arrêt de la prime d’État de 1 525 € maximum au moment de la transformation d’un plan épargne logement en emprunt immobilier pour les PEL ouverts à partir du 1er janvier 2018. Dans l’immédiat, cette mesure ne changera rien puisque le différentiel entre les taux garantis avec un PEL et les taux immobiliers bancaires occulte l’effet incitatif de cette prime.

Première raison

Après une phase d’épargne d’au moins 3 ans, les PEL ouverts aujourd’hui permettent de demander un financement immobilier au taux de 2,2% sur 15 ans (jusqu’à 92 000 € d’emprunt). Actuellement, ce taux de 2,2% n’est donc pas compétitif par rapport à des taux moyens de 1,55% sur 15 ans. Mais d’ici quelques années, il se pourrait bien que 2,2% devienne un taux attractif. Voilà donc une bonne raison d’ouvrir un PEL avant la fin de l’année pour continuer à bénéficier de la prime de 1 525 € maximum dans l’hypothèse d’une demande de financement immobilier à l’avenir.

Deuxième raison

La deuxième raison d’ouvrir un PEL avant la fin de l’année, c’est d’échapper à l’augmentation de la fiscalité programmée à partir de 2018. Les plans épargne logement ouverts à partir de janvier 2018 seront en effet soumis au nouvel impôt forfaitaire de 30% dès la première année. Aujourd’hui, les intérêts du PEL échappent à l’impôt sur le revenu et ne sont soumis qu’aux prélèvements sociaux au taux de 15,5%, qui va augmenter à 17,2% l’an prochain.

Arbitrage

Ce raisonnement s’applique bien sûr aux Français qui ne détiennent pas de PEL. Sachant qu’on ne peut détenir qu’un seul PEL, il faudrait sinon clôturer son ancien PEL. L’arbitrage consiste alors à savoir si on choisit un PEL uniquement pour son rendement d’épargne ou dans l’optique d’un projet immobilier futur. Il faut d’ailleurs rappeler que les droits à emprunter peuvent être cédés à des ascendants ou descendants s’ils détiennent déjà un PEL. Autre règle, l’épargne sur un PEL est plafonnée à 61 200 € (intérêts non compris) et la capacité d’emprunt et la prime sont bien sûr proportionnelles aux montants épargnés.

A SAVOIR

Les PEL ouverts aujourd’hui ne rapportent plus que 1% (depuis le 1er août 2016), soit un rendement net qui sera de 0,828% en 2018 avec l’augmentation de la CSG à 17,2%. Avec l’application du prélèvement forfaitaire unique à 30% (flat tax), les PEL ouverts l’an prochain ne rapporteront plus que 0,7% net. Ceux qui possèdent aujourd’hui des PEL plus anciens avec des taux supérieurs ont bien sûr tout intérêt à les conserver. De 2,5% début 2015, le taux du PEL a été successivement abaissé à 2%, 1,5% et enfin 1% en août 2016.

Commentaires (1)
  • chtapapous
    chtapapousposté le 05.10.2017 à 16:41

    Mouais même à 2,5% ça restait quand même un placement faible.. Alors à 1%... et 2.2% sur 15 ans ça restera trop élevé même dans quelques années

Epargne
Actu0

PEA, PEE : une bonne nouvelle pour les épargnants

Dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale, le gouvernement a finalement fait marche arrière sur la question des taux historiques de CSG. Explications…

Lire la suite